Frank Vandenbroucke, l’intransigeant

Poids lourd du gouvernement, le ministre fédéral de la Santé concentre toutes les crispations  autour de sa personne. Il n'en a cure, il est là pour faire son boulot, sans chercher à plaire.

Belga

Ce week-end, des bandes de (très) jeunes ont semé le trouble à Knokke et Anvers, deux semaines après « La Boum » de Bruxelles. Les secteurs de l’horeca et de la culture sont prêts à mener la fronde, refusant désormais de jouer la partition gouvernementale. Bref, après un an de Covid, la population en a marre. Beaucoup n’en peuvent simplement plus. Et les frustrations face aux mesures sanitaires et liberticides se font désormais pleinement entendre.

Face à cela, un homme reste impassible, freinant des quatre fers les allégements anticipés : le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke. D’ailleurs, il l’a dit ce week-end à L’Echo : pour lui, les assouplissements viennent trop rapidement. Et s’il a insisté, lors du dernier Codeco, pour que les terrasses ne rouvrent que le 15 mai, au point de se clasher violemment avec un certain ministre-président régional, il insiste aujourd’hui pour dire que la date du 8 mai n’est que théorique et soumise à conditions : à savoir la vaccination de 70% des plus de 65 ans et des hospitalisations en soins intensifs sous la barre des 500. Sans cela, la vis se resserrera à triple tour !

Cela ne risque-t-il pas de monter tout le pays (ou du moins, une bonne partie qui ne se sent pas concernée par les dangers du virus) contre lui ? Peut-être, mais Frank Vandenbroucke s’en fout. En vieux briscard  de la politique tout juste sorti de sa retraite, il est là pour faire le job, que ça plaise ou non. Et son job, c’est d’assurer la santé des Belges. 

Vieux briscard de la politique

Né il y a 65 ans à Louvain, Frank Vandenbroucke a tout juste trente ans quand il est élu député. Président du SP (le Parti socialiste flamand, aujourd’hui Vooruit) en 1989, il entre au gouvernement Dehaene en 1994 comme ministre des Affaires étrangères. Il n’y restera que six mois, victime collatérale de l’affaire Agusta (il n’est pas directement impliqué, mais en tant que président du SP, il avait découvert une somme d’argent noir de six millions de francs belges dans les comptes de son parti, des billets dont il aurait demandé qu’on les brûle).

Il fait son retour au gouvernement en 1999 sous Verhofstadt, en tant que ministre des Affaires sociales et des Pensions. Il enchaîne sur le portefeuille de l’Emploi sous Verhofstadt II, puis, quitte le Fédéral pour la Région flamande (toujours à l’Emploi) en 2004. En 2010, il est élu Sénateur avant de prendre sa retraite politique un an plus tard.

Dix ans se sont passés et le jeune président du sp.a (désormais Vooruit) Conner Rousseau tente un coup de poker en venant le rechercher en pleine pandémie et alors que le parti retrouve miraculeusement la majorité gouvernementale (après six ans d’opposition et un de ses pires scores électoraux en 2019). Frank Vandenbroucke devient ministre de la Santé, autant dire un poids lourd du gouvernement De Croo alors que la Belgique se démène toujours avec un virus tueur sans trop savoir quelle route prendre.

Belga

Pas de calcul politique

Le pari est osé (le sp.a représente 6% de l’électorat), mais, à bien y regarder, et malgré les polémiques et autres crispations, il est gagnant. Voici un gouvernement fait de bric et de broc, minoritaire en Flandre et reprenant quasiment tous les partis traditionnels. Un gouvernement sans vraie direction, qui doit faire avec des Régions toujours plus puissantes, surtout en ces temps troubles. Et voici un homme dont la carrière politique est terminée. Qui n’a pas de réélection en vue, pas de calcul électoral à prendre en compte. Qui est là pour prendre des décisions sans se soucier d’être populaire.

Alors que nous sommes dans un pays qui recense neuf ministres de la Santé, avec tout ce que cela peut (et a) entraîner (é) comme problèmes de clarté, VdB s’est imposé comme le sommet de la pyramide. Le patron Santé, c’est lui. Sa communication est questionnable, sinon choquante (pour rappel, les mesures « électrochoc » sur la fermeture des commerces et le dédain quant au jugement du Tribunal de Bruxelles sur les mesures sanitaires illégales) ? Il s’en moque. Il n’est pas là pour plaire, mais pour s’assurer que les Belges échappent à la vindicte du SARS-CoV-2.

Belga

Une espèce devenue rare

C’est donc parti pour des discussions de sept heures (saupoudrées de noms d’oiseaux) sur la réouverture des terrasses et autres allégements pour des secteurs à l’arrêt quasi complet depuis un an… « Dans deux mois, tout le monde aura oublié cette agitation pour savoir s’il fallait ouvrir les terrasses une semaine plus tôt ou plus tard. La question est de savoir si nous aurons traversé cette crise sans autre dommage », a-t-il rétorqué à L’Echo, ajoutant : «  Le virus s’en fiche, des déclarations politiques. Et la population aussi, je crois ».

A l’instar des épidémiologistes et autres experts coronavirus, Frank Vandenbroucke a des airs de Monsieur « Nee ». Dès qu’il ouvre la bouche, la population se crispe. Car on pressent ce qu’il va dire… Pour lui, le seul élément qui compte, c’est la Santé. C’est le portefeuille qu’on lui a attribué, c’est sa responsabilité. Résultat, il dit ce que nous n’avons pas envie d’entendre et les Belges, à bout de force, sont de plus en plus nombreux à vouloir lui faire manger ses lunettes quand il pinaille sur telle ou telle date, telle ou telle condition – sans pour autant arriver à ses fins, par ailleurs…

Alors que nous voulons tourner la page, Frank Vandenbroucke nous donne l’impression, chaque jour plus forte, de nous le refuser. Bien sûr, ce n’est qu’une impression. Car en vérité, VdB ne fait que son boulot de ministre. Un ministre qui prend des décisions impopulaires, en homme d’Etat responsable. Sans peur des conséquences électorales, les yeux seulement rivés sur ses données. Peut-être avions-nous perdu l’habitude d’être sans cesse contredit. Après tout, les hommes d’Etat, dans ce pays aux multiples Etats, sont une espèce qui se fait plutôt rare.

Sur le même sujet
Plus d'actualité