Macron estime avoir « eu raison de ne pas reconfiner » la France fin janvier

Alors que le pays fait face à la troisième vague, le président français a refusé tout "mea culpa" malgré le regain épidémique de Covid-19 constaté actuellement.

Belga

« Je peux vous le dire: nous avons eu raison de ne pas reconfiner la France à la fin du mois de janvier parce qu’il n’y a pas eu l’explosion qui était prévue par tous les modèles », a plaidé le chef de l’Etat dans une conférence de presse à l’Elysée à l’issue d’un sommet européen en visioconférence.

« Je peux vous affirmer que je n’ai aucun mea culpa à faire, aucun remords, aucun constat d’échec », a-t-il insisté, alors que les critiques se multiplient face à une forte dégradation de la situation sanitaire en France.

Revenant sur les raisons qui ont guidé sa décision, M. Macron a reconnu qu’il y avait « un risque » car « le virus tournait ». « Mais nous considérions qu’avec les mesures de couvre-feu prises, les mesures de freinage, nous pouvions faire face sans qu’il y ait de flambée et c’est ce qu’il s’est passé », a-t-il souligné, en ajoutant avoir pris « en compte plusieurs facteurs », dont « la santé mentale », « la tension et les difficultés pour nos jeunes » ou encore « notre priorité éducative ». « C’est à chaque fois une balance que nous tenons », a-t-il fait valoir.

Mais le chef de l’Etat a observé qu’il y avait eu ensuite « une inflexion » au début du mois de mars avec une « accélération » de l’épidémie attribuée à la propagation accrue du variant anglais. Cela a donc conduit le gouvernement à ordonner des mesures de confinement dans une vingtaine de départements désormais, dont la totalité de l’Ile-de-France et des Hauts-de-France. « Il n’y a à mes yeux aucun tabou, il faut avoir à chaque fois la réponse la plus adaptée », a expliqué M. Macron qui a dit « prendre toutes les mesures utiles en temps et en heure ».

Plus d'actualité