Nouvelles mesures pour les écoles: la cacophonie

Entre les maternelles ouvertes et les cours suspendus en primaire, l'incompréhension règne au lendemain du Comité de concertation. Le débat sur les écoles n'est pas terminé.

Pourquoi fermer les écoles sauf pour les maternelles ? - BELGA

À partir de lundi prochain, et jusqu’aux vacances de Pâques, les cours en présentiel sont suspendus pour les élèves de primaire, de secondaire et du supérieur. Seules les maternelles ont échappé aux nouvelles mesures du dernier Comité de concertation. Une exception qui a plongé les acteurs de l’enseignement dans l’interrogation, voire l’incompréhension.

La décision de maintenir les maternelles ouvertes passe mal puisque c’est là que les contacts entre élèves et enseignants sont les plus étroits. « Les retours qui nous reviennent du terrain des enseignants du maternel, c’est: ‘Mais pour qui nous prennent-ils ?’ », a indiqué Roland Lahaye, secrétaire général de la CSC-Enseignement, interrogé par Belga. « En fait, cela montre qu’on considère vraiment les maternelles comme un service de garderie ! », s’est insurgé Joseph Thonon, président de la CGSP-Enseignement.

nouvelles mesures pour les écoles

Les acteurs de l’enseignement ont mené plusieurs actions pour exprimer leur mécontentement. – BELGA

Face aux critiques, le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles Pierre-Yves Jeholet a justifié ce choix par le fait que le taux de positivité dans la tranche d’âge 0-9 ans est actuellement le plus faible constaté dans tout le pays, soit 5,7%. À l’opposé, il est de 9,1% pour la tranche 10-19 ans, et de 8,1% auprès des 40 à 64 ans, a-t-il souligné.

En réalité, cette différence de traitement est également le fruit d’un compromis entre le gouvernement Wallonie-Bruxelles qui souhaitait la fermeture de toutes les écoles et le gouvernement flamand qui plaidait pour le maintien de leur ouverture. « Un accord à la belge », a résumé le libéral ce jeudi au micro de la RTBF.  

Annonce surprise en Flandre

Pour le saut vers du 100% distanciel, les enseignants ont deux jours à peine pour s’organiser. Mission impossible pour le primaire et le 1er degré du secondaire. Les cours seront ainsi suspendus. Ce qui signifie qu’ils ne seront donnés, ni en présentiel, ni en distanciel.

En Flandre, Ben Weyts a été encore plus loin ce mercredi en annonçant la suspension des cours dans l’enseignement fondamental et secondaire flamand la semaine prochaine. Concernant les maternelles, il a également demandé aux parents de garder les enfants en bas âge à la maison, suscitant un peu plus l’incompréhension. « Quand j’explique à trois reprises pourquoi il faut également fermer les écoles maternelles en Comité de concertation, que la Flandre s’y oppose et que le soir, le ministre de l’Education flamand dit aux parents des enfants d’écoles maternelles qu’il ne faut pas mettre les enfants à l’école, je dois bien vous avouer que je ne comprends plus », a confié Pierre-Yves Jeholet.

Ben Weyts

Ben Weyts, ministre flamand de l’Education. – BELGA

Des solutions pour les parents

Dans le sud du pays, une réunion est prévue ce jeudi, avec les acteurs de l’enseignement, pour organiser concrètement la dernière semaine avant les vacances de Pâques. La fermeture ou non des classes maternelles est sur la table. À contre-courant, la Ligue des Familles demandait ce matin de ne pas modifier les mesures annoncées il y a moins de 24 heures. « Ces changements de règles sont difficiles à vivre pour les parents, qui se débrouillent comme ils peuvent pour s’organiser et pouvoir continuer à travailler dans cette situation difficile », a souligné Christophe Cocu, directeur général de l’association, dans un communiqué.

Les ministres ont déjà annoncé qu’une solution de garde sera organisée par les écoles à destination des enfants dont les parents exercent des fonctions où le télétravail est impossible et dans l’impossibilité de garder leurs enfants. Le chômage temporaire, accordé aux parents dont les enfants ne peuvent être en classe à cause du Covid et à ceux dont les stages sont annulés pour les prochaines vacances, sera également d’application pour la fermeture des écoles la semaine prochaine, ont-ils confirmé. Un « dispositif important et nécessaire », selon La Ligue des familles, mais qui « génère une perte de revenus que certaines familles ne peuvent se permettre ». L’association exige ainsi qu’une garderie soit mise en place « pour tous les parents qui indiquent en éprouver le besoin, sans davantage de conditions ».

Plus d'actualité