Où en est la vaccination en Belgique ?

Deux mois après la première injection en Belgique, la campagne de vaccination progresse lentement, entretenant l'impatience de certains. On fait le point.

Un homme se fait vacciner dans un centre de vaccination à Bruxelles. - AFP

En chiffres

416.129. C’est le nombre de personnes ayant reçu à ce jour une première dose du vaccin anti-Covid, soit 4,5% de la population en âge de se faire vacciner. Parmi celles-ci, plus de 270.000 personnes ont reçu la deuxième dose, soit 2,95% des plus de 18 ans. Dans les deux cas, la Flandre mène la danse, suivie de la Wallonie, des Cantons de l’Est et, loin derrière, de Bruxelles.

On est loin de l’objectif des 70% fixé par les autorités belges pour retrouver une vie normale. Alors qu’elles espèrent atteindre ce seuil vers le mois de septembre de cette année, le rythme actuel, source de critiques depuis le début de cette campagne, pourrait bien contrecarrer leur plan. Avec une moyenne de 18.600 vaccins par jour, selon les chiffres de Bloomberg la semaine dernière, il faudra près de deux ans pour atteindre cette immunité collective tant convoitée.

Qui ?

Les seniors sont les plus avancés, avec plus de 25% des plus de 85 ans partiellement ou entièrement vaccinés. Ceci n’est pas surprenant, puisque la priorité a été donnée aux résidents des maisons de repos. Viennent ensuite les 45-64 ans et les 65-84 ans, avec 8 et 9% de vaccinés. Cette dernière tranche d’âge, les patients à risques de 18 à 64 ans et les fonctions essentielles seront au centre de la phase 1B, qui devrait théoriquement débuter au mois de mars. Avant ça, et depuis ce mardi, devront se faire vacciner les médecins généralistes et spécialisés, dentistes, infirmiers, pharmaciens et autres professionnels de la santé. 

Si la Belgique respecte le timing prévu initialement, la vaccination du grand public devrait pouvoir débuter dans le courant du mois de mai, sous réserve des livraisons des doses.

Dans un centre de vaccination en Wallonie

Dans un centre de vaccination en Wallonie. – BELGA

Pour le moment, on remarque également que les femmes sont davantage vaccinées que les hommes (plus de 5% contre moins de 2%) alors que, dans la population, la proportion est relativement égale. L’explication est en fait simple: celles-ci sont plus nombreuses dans les maisons de repos et dans le domaine de la santé.

Comment ?

Plus de 95% de la population attend donc toujours ses deux précieuses doses. Pour organiser cette campagne massive, chaque citoyen recevra une invitation personnelle à se faire vacciner, par courrier postal, SMS et e-mail, deux semaines avant la date du rendez-vous dans un centre de vaccination à proximité de son domicile. Cette invitation s’accompagnera d’un identifiant unique, à présenter le jour J, et d’un lien vers un site web sur lequel celles et ceux qui le souhaitent peuvent confirmer ou modifier le rendez-vous. « Ce n’est que via cette méthode que les personnes concernées pourront bénéficier d’une vaccination gratuite et sûre », a affirmé la coresponsable de la task force vaccination, Sabine Stordeur. Précisons également que tout employé aura le droit de s’absenter de son lieu de travail, avec maintien de sa rémunération, afin de se faire vacciner.

Faux départ et autres couacs

Avant ce défi de taille que représente la vaccination du grand public, la campagne belge a déjà collectionné quelques couacs. Outre les retards de livraisons à répétition, dont elle est dépendante, elle a subi également des problèmes informatiques, qui ont notamment perturbé mercredi dernier le lancement du centre de vaccination du Heysel, le plus grand du pays. Autre bug pointé du doigt par le professeur en Médecine générale de la VUB Dirk Devroey: certains soignants, déjà vaccinés dans des hôpitaux ou dans des maisons de repos, sont appelés une nouvelle fois à se faire vacciner dans des centres, faisant gonfler le taux d’absentéisme.

Plus récemment, un millier de personnes, qui ne font pas partie du public prioritaire, auraient été convoquées par erreur vendredi dernier, à travers le pays. Ces « chanceux » pourront se faire vacciner plus tôt que prévu. Les autres devront attendre encore quelques semaines, voire mois…

Plus d'actualité