Contamination dans les écoles : pas de nouvelles mesures en FWB

Alors que quelques dizaines d’établissements doivent fermer leurs portes cette semaine à cause de propagation de la COVID-19, aucune modification des règles n’est pour l’instant prévue en Communauté française. Côté flamand, une semaine de cours à distance est planifiée.
 

Une trentaine d'écoles seront fermées à cause du coronavirus cette semaine. (Crédit: Maxppp)

Au début de cette crise sanitaire, beaucoup des décisions ont été basées sur un constat : les enfants et adolescents sont sensiblement moins susceptibles de tomber gravement malade à cause de la COVID-19. Une observation qui a suffi à épargner les mesures de sécurité les plus strictes aux écoliers, dans le primaire surtout.

En ce qui concerne la propagation du virus via les plus jeunes, il a été plus difficile de tirer des conclusions. Certains rapports affirmaient qu’ils ne sont pas très contagieux, d’autres tout le contraire. En décembre encore, plusieurs universités du royaume lançaient une nouvelle étude pour obtenir des précisions sur le sujet.

Et depuis la découverte des différents variants étrangers, qui se propagent bien plus rapidement que la souche du virus que nous connaissions, la rôle des enfants en tant que vecteurs de contamination est à nouveau remis sur la table. Et par le ministre de la Santé qui plus est.

Frank Vandenbroucke a abordé cette problématique sur la VRT, invité de l’émission De Zevende Dag. « Nous devons bien réfléchir à la façon dont nous appréhendons les contaminations chez les enfants car, à un certain moment de l’épidémie, la vie à l’école peut elle-même devenir une source de contamination », a-t-il expliqué.

En effet, quelques établissements devenus foyers d’épidémie ont dû fermer leurs portes. On parle d’une dizaine d’écoles en Wallonie, trois à Bruxelles et une petite vingtaine en Flandre. 

A Etterbeek, c’est le cas de toutes les classes de secondaire du collège Saint-Michel, qui annonce « un nombre inquiétant de cas de contamination » tandis que quatre professeurs ont été testés positifs au variant anglais. Plus d’un millier d’élèves sont concernés. La commune a également invité les parents d’élèves à télétravailler et à garder en quarantaine avec eux les enfants qui seraient scolarisés ailleurs. Une grande campagne de testing est notamment prévue.

Pas à l’ordre du jour

Selon Le Soir, ce week-end, l’infectiologue Erika Vlieghe, présidente du Gems, groupe d’expert chargés de gérer la crise sanitaire, a tenu à communiquer son inquiétude sur l’avancée de l’épidémie dans les écoles aux différents ministres de l’Enseignement. 

Suite à cela, les ministres-présidents des trois communautés, les trois ministres de l’Enseignement et plusieurs experts se sont réunis ce lundi matin, mais aucune modification des règles sanitaires ne semble à l’ordre du jour pour les écoles selon le porte-parole de la FWB.

En Flandre, par contre, des mesures ont été prises pour la semaine précédant les vacances de Carnaval. En secondaire, tous les cours seront donnés à distance du 8 au 12 février, tandis qu’en primaire, le masque devient obligatoire pendant 15 jours pour les élèves de 5e et 6e en cas de contamination d’une classe de l’établissement.

Nouvelles mesures

Alors que la hausse des contaminations se poursuit, de nouvelles règles entrent en vigueur concernant les déplacements à l’étranger ce lundi 25 janvier.

Si ceux catégorisés comme non-essentiels ne seront interdits qu’à partir du mercredi 27 janvier, dès aujourd’hui, toute personne qui revient du Royaume-Uni ou d’Amérique du Sud devra se faire tester le 1er et le 7ème jour de son retour en Belgique et rester en quarantaine pendant 10 jours.

Pour les personnes qui n’habitent pas en Belgique, il faudra prouver des résultats de tests PCR négatifs avant de quitter ou rentrer dans le pays.
 

Plus d'actualité