Le point sur la pandémie chez nos voisins

Plusieurs pays européens ont annoncé ces derniers jours des changements dans leur gestion de l'épidémie de Covid-19. Tour d'horizon.

Un test antigénique effectué en pharmacie, en France. - BELGA/MAXPPP

Partout en Europe, la campagne de vaccination contre le coronavirus a commencé. Samedi, dimanche, ou encore lundi pour la Belgique, les premières injections du précieux vaccin, produit par Pfizer/BioNTech, ont eu lieu à travers le continent, apportant une lueur d’espoir dans la lutte contre la pandémie qui a tué plus d’un demi-million d’Européens. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a salué ce « moment touchant d’unité », bien que chaque Etat membre gère cette crise comme il le souhaite. Face au virus qui sévit et son variant qui inquiète, certains ont d’ailleurs annoncé de nouvelles mesures.

Test négatif pour entrer aux Pays-Bas

C’est le cas des Pays-Bas, seul pays européen à ne pas avoir commencé sa campagne de vaccination. Les voyageurs qui souhaitent s’y rendre depuis une zone à risque devront à partir de ce mardi présenter un test négatif réalisé au plus tard lors des 72 dernières heures. L’obligation était déjà en place pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni et d’Afrique du Sud, en raison de la nouvelle variante du virus qui y avait été détectée, mais elle est désormais étendue au reste du monde. Cette mesure s’ajoute à l’obligation d’une quarantaine à domicile de 10 jours lors de l’arrivée sur le territoire néerlandais.

En pratique, les compagnies aériennes et les autres sociétés de transport devront contrôler la déclaration relative au test négatif avant d’autoriser l’embarquement. Aucune information n’a été donnée pour les voyageurs arrivant en voiture.

À l'aéroport de Rotterdam

À l’aéroport de Rotterdam. – AFP

Deux semaines après avoir instauré un confinement presque total, avec la fermeture des magasins dits non-essentiels et des écoles, les Pays-Bas ont enregistré une forte baisse lundi du nombre de nouvelles contaminations au coronavirus, due peut-être aux vacances de Noël, passant de quelque 9.000 à 7.453. Quant au nombre de personnes hospitalisées, il a grimpé à 2.573, soit 152 de plus que lors des 24 heures précédentes.  

Registre des non-vaccinés en Espagne

À l’instar de la majorité des pays de l’Union européenne, l’Espagne a entamé dimanche la campagne de vaccination contre le coronavirus. Le vaccin n’y sera pas obligatoire, mais les autorités espagnoles tiendront un registre des personnes refusant de se faire vacciner contre le Covid-19, a annoncé lundi le ministre espagnol de la Santé. Ce document sera partagé avec d’autres pays européens mais ne sera pas rendu public, a-t-il toutefois assuré, ajoutant que ce fichier serait élaboré « avec le plus grand respect pour la protection des données ».

Selon la dernière étude publiée lundi dernier par le Centre d’Investigation sociologique (CIS), un institut de sondages dépendant du gouvernement, la proportion des Espagnols ne souhaitant pas se faire vacciner a chuté de manière spectaculaire, passant de 47% en novembre à 28% en décembre.

Durant la même période, le pourcentage d’Espagnols se disant prêts à recevoir le vaccin a progressé de 36,8% à 40,5%. C’est mieux, mais c’est toujours inférieur aux 70% considérés comme nécessaire pour espérer maîtriser l’épidémie.

Un résident de maisons de repos se fait vacciner contre le Covid-19 en Espagne

Un résident de maisons de repos se fait vacciner contre le Covid-19 en Espagne. – AFP

Nouveau confinement en France?

Malgré les espoirs que fait naître le lancement de la campagne de vaccination contre le Covid-19, l’épidémie de coronavirus est encore loin d’être un lointain souvenir. Surtout pas en France où l’ombre d’un troisième confinement plane après l’allégement des règles avant les fêtes de fin d’année. Un conseil de défense se réunit d’ailleurs ce mardi pour annoncer d’éventuelles nouvelles mesures. Selon certains élus, le potentiel nouveau confinement pourrait être local.

« Le virus circule encore trop. 15.000 contaminations détectées par jour en moyenne, alors qu’on était descendus à 11.000 », alertait dimanche le ministre français de la Santé Olivier Véran, redoutant une troisième vague. La France s’éloigne ainsi de plus en plus de son objectif des 5.000 cas quotidiens fixé par le gouvernement pour un déconfinement progressif.

Plus d'actualité