L’UE commence à vacciner : « le début de la fin »

En Belgique, la campagne de vaccination prendra du temps : les personnes à risque ne seront pas vaccinées avant mai… Quant au déconfinement, il est encore trop tôt pour estimer une date, mais les métiers de contact devraient pouvoir reprendre avant l’Horeca.

Le premier vaccin a été injecté ce matin en France. (AFP)

Ce dimanche est une journée importante dans l’Union Européenne, peut-être même historique puisque la campagne de vaccination démarre enfin. C’est un premier pas vers une fin définitive de la pandémie mondiale du fameux virus SARS-CoV-2, le coronavirus et sa maladie, le Covid-19.

Lundi, le vaccin développé par la PME allemande BioNTech, avec le soutien du géant pharmaceutique américain Pfizer, a été validé par l’Agence européenne du médicament, après avoir passé les trois phases de testing nécessaires à l’élaboration de tout vaccin. C’est actuellement le seul sérum contre le Covid autorisé dans l’UE.

Mais d’autres pourraient suivre. Le prochain sera probablement celui développé par le groupe pharmaceutique AstraZeneca et l’Univeristé d’Oxford, qui se targuent d’avoir trouvé « la formule gagnante ». Les partenaires ont travaillé avec une méthode différente des autres laboratoires, ce qui leur permettrait à terme de proposer un vaccin moins cher et plus pratique, puisqu’il éviterait la conservation à -70° comme celui de Pfizer et BioNTech par exemple. Si, il y a quelque temps, les Anglais avaient annoncé des résultats légèrement en deçà de leurs concurrents, ils clament désormais que leur vaccin est aussi efficace que les autres.

Certains ont commencé

Le vaccin de Pfizer et BioNTech va donc pouvoir être inoculé dès aujourd’hui dans tous les pays de l’Union Européenne. L’Allemagne, la Hongrie et la Slovaquie n’ont d’ailleurs pas attendu et commencé ce samedi. Mais ce ne sont pas les premiers pays d’Europe, puisque le désormais « brexité » Royaume-Uni a démarré début décembre. Des centaines de milliers de Britanniques ont déjà reçu l’injection, majoritairement des octogénaires, des pensionnaires de maisons de repos et des membres du corps médical.

Chez nos voisins français, la vaccination va commencer ce dimanche, mais surtout symboliquement. L’Hexagone a reçu un peu moins de 20.000 doses pour commencer. Deux établissements pour personnes âgées seront les premiers à administrer le sérum à leurs pensionnaires, l’un en banlieue parisienne, à Sevran, et l’autre à Dijon. La véritable campagne de vaccination dans les maisons de repos françaises ne commencera qu’en 2021.

Les premières doses venues de Puurs sont arrivées ce matin en FRance.

Mais cette synchronisation de l’Union Européenne pour la vaccination devrait ravir de nombreux scientifiques du continent. Bon nombre d’entre eux, à commencer par Emmanuel André, sont demandeurs d’une coordination européenne dans la gestion de cette pandémie. 300 spécialistes ont d’ailleurs cosigné une tribune à ce sujet.

Chez nous

En Belgique, il faudra attendre ce lundi pour les premières vaccinations. L’Université de Leuven a reçu un peu moins de 10.000 vaccins ce samedi. Ils doivent être décongelés puis seront inoculés lundi dans trois maisons de repos : l’une en Wallonie (La Bonne Maison de Bouzanton à Mons), l’une à Bruxelles (le centre Notre Dame de Stockel à Woluwe-Saint-Pierre) et l’une en Flandre, à Puurs, commune où est établie l’usine Pfizer. La vaccination n’étant  pas obligatoire, les résidents de ces centres de soin peuvent évidemment refuser de se le voir administrer. La vraie campagne de vaccination commencera début janvier, comme en France.

Il s’agit là du début de la phase 1A pour notre pays, qui priorise la vaccination dans les maisons de repos, des pensionnaires comme du personnel. Le Gouvernement espère terminer cette première étape en février pour pouvoir cibler dès mars les hôpitaux et le personnel de première ligne.

La Belgique pourra ensuite passer en phase 1B avec en ligne de mire toutes les personnes à risque, dont celles atteintes de maladies chroniques et celles de plus de 65 ans. Une étape qui n’est pas pour l’instant prévue avant mai. Mais le planning dépend évidemment de l’approvisionnement en vaccin.

Le bout du tunnel

Avec la campagne de vaccination, le déconfinement semble plus proche que jamais. Mais ce n’est pas pour tout de suite selon Yves Van Laethem, qui s’est exprimé sur RTL-TVI. « C’est le début de la sortie de la crise. Ce sera un début très progressif, on l’a souligné. Il y a encore des mois devant nous, durant lesquels des précautions devront être prises. Mais c’est enfin le début de la fin », a-t-il commenté.

Il va donc falloir garder l’habitude des gestes barrières un moment, notamment parce qu’on ne sait pas encore exactement si une personne vaccinée peut transmettre le virus. Pour l’expert, il est difficile d’espérer un assouplissement des mesures avant février. Dans Le Soir, le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, a refusé d’avancer une date mais a tout de même expliqué que les métiers de contacts feraient partie des premiers à reprendre le travail dès que la situation le permettra, ce qui ne sera probablement pas le cas de l’Horeca  qui, pour le ministre, reste un environnement à risque malgré les meilleures mesures sanitaires.

Plus d'actualité