Ce qu’il faut savoir avant le Comité de concertation de ce vendredi

Le Comité de concertation se réunit à nouveau ce vendredi pour discuter de l'approche pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. Et vu la situation actuelle, un assouplissement des mesures n'est pas à l'ordre du jour.

Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke et le Premier ministre Alexander De Croo. - BELGA

Début décembre, les plus optimistes espéraient encore que le Comité de concertation de ce vendredi soit l’occasion d’alléger les mesures pour les fêtes de fin d’année. Aujourd’hui, les mêmes en sont à espérer que celles-ci restent inchangées. Le Premier ministre Alexander De Croo a prévenu: « des assouplissements ne sont pas soutenables ». Il faut dire que, depuis la dernière réunion, « les chiffres ont bien baissé mais pas suffisamment ». Depuis plusieurs jours, ils repartent même doucement à la hausse.

Phase ascendante

La moyenne des cas positifs a ainsi progressé de 9% entre le 7 et le 13 décembre par rapport à la période de sept jours précédente, pour atteindre 2.368 nouvelles contaminations par jour, selon les données publiées jeudi matin par Sciensano. Ces trois derniers jours, des augmentations de 3, 6 et 8% avaient déjà été signalées. Les hospitalisations et les décès continuent, eux, de diminuer, mais cette baisse semble se stabiliser. Le nombre moyen d’admissions à l’hôpital a diminué de 2% (contre -6% mercredi), tandis que celui des décès a diminué de 6,9% (contre -13% mercredi), pour atteindre 92 morts par jour, soit près d’un mort toutes les quinze minutes.

Face à ces chiffres, le constat de Marc Van Ranst est sans appel: « Nous ne nous trouvons pas sur un plateau, nous sommes de nouveau dans la phase ascendante de la courbe. » Si le virologue star du nord du pays a souvent été critiqué pour ses déclarations pessimistes, force est de constater qu’il a souvent vu juste. Il appelle d’ailleurs les politiques à « faire preuve de sagesse et de courage » ce vendredi.

Des mesures supplémentaires?

Faut-il donc s’attendre à un renforcement des mesures? Pas forcément. Alors que nos voisins viennent de resserrer la vis à l’approche des fêtes, avec notamment la fermeture des commerces non-essentiels et des écoles, certains se demandent si la Belgique va suivre leur exemple. Ce ne serait pas à l’ordre du jour… pour l’instant.

Dans une école à Bruxelles

Les vacances scolaires vont-elles être prolongées comme en Allemagne et aux Pays-Bas? – Reuters

« Les chiffres doivent absolument baisser, mais les mesures actuelles sont déjà strictes. Certainement en ce qui concerne le nombre de contacts sociaux autorisés, la Belgique est plus sévère que ses voisins », réagit le cabinet du Premier ministre. Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke plaide, quant à lui, pour une stratégie stable, afin d’éviter « un effet yoyo des mesures ». Yves Van Laethem est du même avis. Alors que les prochains jours seront « cruciaux pour inverser cette tendance à l’augmentation persistante des cas », il faut, selon lui, « reprendre en main la situation sans que d’autres mesures ne soient nécessaires ».  

Maintenir (et respecter) les mesures

L’accent devrait donc être mis sur le respect des règles sanitaires actuelles, et leur contrôle. Les politiques devront ainsi rappeler que les amendes pour les lockdown parties ont augmenté, passant de 250€ à 750€ pour les participants, et de 750€ à 4.000€ pour les organisateurs. Les contrôles seront également renforcés, notamment au niveau du télétravail et probablement aux frontières pour éviter un afflux de Néelandais et d’Allemands dans les commerces belges.

L’objectif des autorités est clair: un après-Noël sans troisième vague, en misant sur les vacances pour ralentir la propagation du virus, à condition que les Belges limitent leurs contacts sociaux pendant les fêtes. « Je voudrais éviter que tous ces progrès, on les perde comme ça, trop rapidement », a déclaré Alexander De Croo sur le plateau du JT de RTL-TVI. « La troisième vague, ou on la casse maintenant ou on la développe maintenant, donc je demande de maintenir les efforts. »

Plus d'actualité