Le vaccin Pfizer déconseillé en cas de fortes allergies au Royaume-Uni

Après deux cas de complications, le service national de santé britannique a préféré ne pas prendre de risques. Ces personnes avaient pour point commun d’avoir toujours de l’adrénaline sur elles à cause de leurs allergies.

@BelgaImage

Les autorités sanitaires britanniques ont déconseillé mercredi d’inoculer le vaccin de Pfizer et BioNTech contre le nouveau coronavirus aux personnes ayant eu dans le passé d' »importantes réactions allergiques« , deux personnes ayant mal réagi aux premières injections.

« Elles se remettent bien« 

Le Royaume-Uni a été le premier pays à autoriser ce vaccin et a commencé mardi une campagne massive de vaccination, dirigée pour l’instant vers les soignants et les personnes âgées. « Deux personnes ayant connu des réactions allergiques importantes ont mal réagi« , a indiqué Stephen Powis, directeur médical du service national de santé (NHS) pour l’Angleterre. « Les deux se remettent bien« . Ces deux personnes sont sujettes aux allergies au point de garder toujours de l’adrénaline sur elles.

Par conséquent, l’agence britannique du médicament, la MHRA, a émis une recommandation afin de ne pas vacciner « toute personne ayant un historique de réaction allergique importante à des vaccins, des médicaments ou de la nourriture (comme des réactions anaphylactiques ou ceux à qui il a été conseillé de porter un injecteur d’adrénaline)« .

Allier sécurité et rapidité

Quelque 800.000 doses de ce vaccin sur les 40 millions commandées par le gouvernement seront administrées dans un premier temps. Malgré la célérité à le mettre sur le marché, « nous n’avons pas rogné » sur la sûreté, avait assuré mardi le patron de Pfizer, Albert Bourla, au cours d’une table ronde virtuelle à Genève. Le Royaume-Uni est le pays européen le plus endeuillé par la pandémie avec plus de 62.000 morts. 

La réussite de la vaccination s’annonce cruciale pour le gouvernement de Boris Johnson, très critiqué sur sa gestion de la pandémie et confronté à la colère de certains élus face aux restrictions imposées dans une grande partie du pays, avec un coût économique et social énorme.

Sur le même sujet
Plus d'actualité