Covid-19 en Belgique : pas de déconfinement à l’horizon mais des écoles ouvertes

Promis depuis longtemps, le baromètre indicateur a été abandonné et l’allègement des mesures pourrait ne pas arriver avant « des dizaines de semaines ». Par contre, la rentrée du 16 novembre aura bien lieu.

Le Gouvernement fédéral sera plus strict qu'au printemps. ©Belfa

Ces derniers jours, le Premier ministre Alexander De Croo s’est exprimé dans les médias afin de faire passer quelques messages à la population belge : il faut continuer de faire des efforts, peut-être encore longtemps et le déconfinement ne se fera pas tant que les experts ne l’auront pas décidé. Pas question pour le nouveau gouvernement fédéral d’alléger les mesures sanitaires trop rapidement.

Depuis plusieurs semaines, les ministres avaient promis un baromètre, un indicateur développé par le Celeval, un comité de scientifiques et de spécialistes de domaines divers et variés, qui permettrait à tout le monde de disposer de repères et d’objectifs clairs en nombre de malades, d’hospitalisation, de décès… L’idée était que chacun puisse savoir à quel point de la crise nous nous trouvons et surtout à quel moment il faudra renforcer les mesures ou au contraire quand il est judicieux de déconfiner progressivement. 

Une lumière au bout du tunnel qui n’arrivera finalement pas. Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, l’a annoncé au Soir : « l’idée doit être revue en profondeur. Elle a été développée à un moment où l’on pensait que, si une crise frappait à nouveau, on devrait renforcer les mesures. Mais nous avons bien dû constater que c’était hélas trop simple. »

Désormais plus de Celeval, le SPF Santé ne travaillera qu’avec les virologues, épidémiologistes et autres experts, comme l’a promis le Premier ministre. Mais si Frank Vandenbroucke annonce qu’il faudra attendre que « les chiffres soient dix fois inférieurs à ce qu’ils sont actuellement pour que nous puissions nous considérer comme étant en sécurité », les scientifiques ne sont pas du même avis. 

Ce lundi, la moyenne de contamination des 7 derniers jours est à 8.260. La Belgique serait donc en sécurité avec 826 nouveaux malades par jour. Ce n’est pas ce que pensent les spécialistes dont Le Soir a récolté des avis qui avancent plutôt le chiffre de 50 par jour, soit 165 fois inférieur à la moyenne de ce lundi. Pour le virologue Marc Van Ranst, même dans un scénario optimiste, cela pourrait prendre des dizaines de semaines… 

On ne sait donc pas encore combien de temps durera ce quasi-confinement que vit la Belgique, mais on peut s’attendre à ce que le déconfinement lui, lui, soit très long et très strict.

Retour en classe

En revanche, le Gouvernement fédéral ne semble pas vouloir fermer les écoles. Le Premier ministre l’a répété à la RTBF ce lundi matin, la rentrée du 16 novembre aura bien lieu. Et de la prématernelle à la 2e secondaire, les cours se donneront en présentiel en respectant les mesures du code rouge. 

Pour les 2e et 3e degrés du secondaire, les écoles doivent passer à l’enseignement hybride. Les élèves doivent être à l’école pour 50% des cours, tandis que l’autre moitié doit être donnée par écrans interposés, pour limiter le nombre de personnes présentes simultanément dans les établissements. 

Elles ont d’ailleurs le droit de s’organiser comme elles le souhaitent tant que cette règle est respectée : des demi-journées en classe ou plutôt une semaine sur deux, aux écoles de choisir ce qui leur convient le mieux. 

« Ce qui est important, c’est qu’on reste prudent, qu’on suive les écoles de très près », a indiqué le Premier ministre. « Dire à des jeunes enfants que pendant des mois ils n’iront plus à l’école, cela minimise les risques sanitaires mais en ajoute plein d’autres. Il y a encore aujourd’hui beaucoup d’enfants avec un retard d’éducation lié à la première vague. [] Les ministres de l’Enseignement ont fait des efforts énormes pour essayer de combiner les deux : minimiser les risques épidémiologies et éviter que les enfants n’accumulent un retard important, qui aurait un impact à long terme. »

Plus d'actualité