Confinement : comment soutenir les librairies indépendantes ?

Désormais estimées essentielles par le Gouvernement, les librairies restent ouvertes. L’occasion de soutenir les petits indépendants du secteur, qui avaient pâti de la fermeture forcée du confinement.

La sélection d'un libraire est toujours plus intéressante que celles des algorithmes. ©Maxppp

La grosse différence avec cette nouvelle période de confinement, c’est que nous en avons déjà vécu une. Nous savons maintenant à quoi nous attendre et de leur côté, les décideurs ont désormais de l’expérience. Ils ont pu retenir ce qui a été efficace et apprendre de leurs erreurs.

Une évolution notable lorsqu’on voit la liste des commerces qui ont l’autorisation de rester ouverts, désormais bien plus longue qu’au printemps. On y retrouve entre autres les jardineries et magasins de bricolage, qui avaient pu rouvrir avant les autres, mais aussi les librairies et marchands de presse. Les journaux, magazines, livres et autres bandes dessinées ont donc été jugée essentiels par notre gouvernement.

La fermeture forcée du printemps ayant eu de lourdes conséquences sur le secteur, de plus en plus de Belges essayent justement de soutenir les petites librairies et autres marchands de journaux indépendants. Si certains commerces spécialisés profitent de vendre des produits qu’on ne retrouve pas facilement ailleurs, romans et journaux sont par contre vendus en supermarché et autres chaines de magasins culturels.

Alors qu’une partie des lecteurs les plus assidus aime se rendre chez son libraire préféré, pour beaucoup d’autres accoutumés aux grandes surfaces, c’est une nouvelle habitude à prendre.

63 libraires vous attendent

Sans surprise, la meilleure façon d’aider votre libraire préféré, ou celui de votre quartier/village, est évidemment d’aller lui rendre visite. Cela évite tout intermédiaire et vous pourrez également profiter en direct de ce qui différencie souvent les indépendants des chaines : les conseils, la passion et l’expérience.

Ensuite, se balader dans les allées d’une petite boutique est une expérience toute autre que faire face aux résultats d’une recherche que vous propose un algorithme. C’est l’occasion de découvrir ce qu’un spécialiste aura décidé de mettre en avant ou de fouiner jusqu’à tomber sur une belle surprise qui correspond à vos affinités.

En Fédération Wallonie-Bruxelles, beaucoup de ces vendeurs de livres sont regroupés dans un syndicat, l’association des librairies francophones de Belgique. Sur leur site, au design atypique mais pratique et bien conçu, vous pourrez retrouver les commerces les plus proches de chez vous, d’Arlon à Mouscron et de Mons à Verviers, en passant par la capitale. Ils sont 63.

800.000 bouquins

Mais en ces temps d’épidémie et de risques sanitaires, les personnes qui préfèrent éviter de passer trop de temps hors de chez elles ne sont pas à blâmer, au contraire. Il existe désormais une alternative qui leur permet d’aider eux aussi les indépendants du secteur du livre.

Les librairies indépendantes de Belgique viennent de transformer le site Librel.be, qui offrait auparavant uniquement des livres en version numérique. Désormais, cet e-commerce vous permet de faire vos achats littéraires depuis votre domicile. Ensuite, il suffit d’aller chercher votre commande dans la librairie de votre choix. L’offre est plutôt conséquente : 800.000 références !

Mettre en place ce service et dresser une telle base de données a représenté un travail colossal. Ce qui explique que la livraison à domicile n’est pas encore disponible, mais cela devrait arriver. « Le but est d’y arriver un jour, mais c’est plus difficile à construire car il faut que tous les libraires acceptent le même protocole. De plus, tous ne sont pas prêts à le faire, car c’est presque un autre métier », a précisé Philippe Goffe, administrateur de la plateforme Librel et libraire lui-même, au journal La Libre.

Plus d'actualité