#Waterloo200 – Cuculte napoléonien

Vous aussi, vous êtes fan? C’est comme moi. C’est logique: Napoléon Ier portait la couronne (autodécernée). Et une couronne d’Empereur, s’il vous plaît! Donc automatiquement, je dégouline d’admiration.

1337779

Et je suis ravi que la Belgique consacre 10 millions d’euros à commémorer ce "Bicentenaire de la Bataille de Waterloo". La plus grande reconstitution jamais réalisée en Europe! 5.000 soldats, 300 chevaux, 100 canons, 150.000 spectateurs… Tout ça en l’honneur de mon Napo adoré, un Immense Homme. Parce que rassurez-vous: il s’agit bien ici de perpétuer la grandeur de Napoléon Bonaparte. Celui qui est en tête d’affiche du Bicentenaire, c’est bien lui. Et pas Wellington, qui heureusement sera confiné au rôle secondaire du méchant torve qui a osé battre notre star. Salaud, va! Napoléon, ça au moins c’est du mythe! Du Grrrand conquérant! Du Génie militaire! On ne peut qu’adorer.

Il était trop fort, mon Napo. Tenez, il y a pile 200 ans sur la Morne Plaine, 35.000 soldats français sont morts, et 30.000 côté anglo-hollando-prussien. 65.000 tués en 24 heures, ça je dis que c’est de la toute belle boucherie! Il convient d’ailleurs de saluer Napo pour l’ensemble de son œuvre: en 44 batailles, il a provoqué la mort d’un million d’hommes. C’est top, pour l’époque. S’il avait disposé des mêmes armes qu’Adolf Hitler (dont il était le modèle), sûr qu’il aurait réalisé un carton encore bien plus éblouissant. Et je n’ai pas parlé de ces fantastiques dégâts collatéraux sur les civils européens, qui soulignent encore un peu plus son formidable entrain à tuer. Dans les régions traversées par ses troupes, Napo offrait aux jeunes hommes le très grand honneur d’être enrôlé de force dans son armée. Et d’avoir la chance d’être tué à sa gloire, donc. Armée napoléonienne qui, bien sûr, afin de se sustenter, pillait animaux et récoltes sur son passage. Ce qui condamnait les populations à la famine. Et bien souvent à la mort. La plupart du temps, Napo faisait aussi massacrer tous les prisonniers de guerre, pour ne pas s’encombrer. Les SS n’ont rien inventé. Dimanche au JT, c’était reconstitution de la "Bataille de Ligny", près de Fleurus. Sa dernière victoire, deux jours avant la biesse défaite de Waterloo. 7.500 morts: pas mal pour un échauffement. Le reportage soulignait, sur un ton de regret, qu’à Ligny, l’Empereur avait commis une erreur: laisser s’enfuir les perdants survivants. Des Prussiens qui ont pu rejoindre les alliés de Waterloo. Napoléon a perdu Waterloo par excès d’humanisme, en somme…

Ce qui force également le respect général et qui entretient le (cu)culte napoléonien, c’est que Bonaparte était admirablement et viscéralement raciste. Négrophobe, il était surtout délicieusement antisémite. Pour Napo d’amour, les Juifs étaient – je cite – "des chenilles, des sauterelles qui ravagent la France" et "les plus misérables des hommes". Et donc il multipliera les mesures discriminatoires à leur encontre pour les ruiner: effacement des dettes dont ils sont créanciers, interdiction de commercer et même de vivre sur certains territoires français. De quoi brillamment inspirer Hitler. J’oubliais: Napoléon était un esclavagiste convaincu. Aboli à la Révolution de 1789, l’esclavage sera rétabli en France par le Très Grand Homme que nous célébrons ce week-end avec grand enthousiasme…

vincent.peiffer@moustique.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité