Un pas de géant pour l’humanité

J’aimais bien Platini quand il tirait des coups francs, vers les années 80. Maintenant, Michel est président de l’UEFA, donc grand chef de l’Euro 2012. 

400003

Et la semaine passée, en état de foufette avancée dû à l’imminence de l’événement, Mimich s’est lancé dans une envolée socio-politico-sportive: "Grâce à l’Euro, la Pologne et l’Ukraine ont fait un bond de 30 ans en avant!"

Bon alors, Mich, on va convenir d’un truc: désormais, tu vas exclusivement causer football, si tu veux bien. Et tu vas éviter de disserter sur la belle influence du foot qui fait faire des pas de géant à l’humanité. Parce que là, avec ton analyse ukraino-polochonne, on est dans la méga-rigolade.

Pour la Pologne, passe encore: on y respecte globalement les règles démocratiques, l’économie s’éveille, quelques nouveaux riches achètent des Ferrari, bien que les Polonais de base soient encore éloignés de l’orgasme collectif étant donné que le plus grand nombre continue de vivre avec trois euros six centimes.

Mais allez, on va faire semblant de ne pas avoir entendu. Pour l’Ukraine, en revanche, ça va pas être possible. Certes, ils t’ont construit quatre beaux stades pour ton Euro, ainsi que des hôtels 37 étoiles pour accueillir tes gros gâtés de footballeurs. Mais tu dois comprendre ceci, Michke: le monde du foot N’EST PAS le monde réel.

Tu aurais dû lire quelques journaux. Quelques pages avant le sport, il y a des articles "internationaux". Là, tu aurais pu apprendre qu’Angela Merkel – la chancelière allemande, tu vois? – refuse comme les autres dirigeants européens d’aller voir jouer sa Mannschaft en Ukraine parce que "les Ukrainiens vivent sous la dictature et la répression". Or Angela n’est pas réputée pour être une agitée du droit-de-l’hommisme.

Mais pour te dire l’ambiance conviviale qui règne là-bas, l’ex-Première ministre ukrainienne, Ioulia Timochenko, est en prison depuis l’été 2011 suite à un procès-guignol. Quatre de ses ex-ministres l’y ont rejointe et subissent comme elle des sévices dénoncés par toutes les ONG.

Pourquoi? Ils sont l’opposition politique. Or le président actuel, un fort gaillard nommé Viktor Ianoukovitch, ne supporte pas la contradiction. Pour info, il a été élu en 2010 après des élections très comme ci comme ça niveau comptage des voix.

A part ça, tous les postes clés du pouvoir sont accaparés par son clan: procureurs, ministres et patronat. Totalement corrompu, le pays est aux mains d’une vingtaine d’oligarques mafieux, dont le fils Ianoukovitch, qui est subitement devenu riche à milliards à partir de 2010. Et le peuple ukrainien? Disons que, dans son plus joyeux fantasme, il rêve d’atteindre notre seuil de pauvreté. Le voilà, ton bond en avant.

Et puisqu’on en parle, pourrais-tu forwarder un message à tes confrères de la Fifa? A l’avenir, s’ils pouvaient eux aussi éviter de nous saouler des valeurs humanistes du foot, ce serait bien. Un Mondial 2018 dans la riante russo-démocratie poutinienne, puis un autre en 2022 au Qatar, ça va comme ça. Si on disait que le foot international était juste une machine à pépettes, point?

Ça t’éviterait au moins de dire des idioties. Ah oui, et si tu pouvais aussi forwarder le même message au Comité olympique, ce serait cool. Un ami a acheté deux places pour vivre une (seule) soirée d’athlétisme aux J.O. de Londres. 600 euros. Par personne, oui…

vincent.peiffer@moustique.be

 

Vincent Peiffer vous invite ce dimanche 17 juin de 11h à 13h, pour une séance de dédicaces organisée à la librairie "Le Petit Filigranes", Parvis Saint-Pierre 10 à 1180 Bruxelles. 

Sur le même sujet
Plus d'actualité