Tu boudes, Didier?

Franchement, de quoi se plaint-on? D’abord, et de un: de tous les Européens, les Belges sont les plus riches.

770669

Nous sommes assis sur un patrimoine financier privé de 981 milliards! Donc, s’il est écrit "Belgique-België-Belgien-Belgium" sur votre carte d’identité, réjouissez-vous! Vous disposez (en moyenne) d’un bas de laine de 67.000 € par ménage!

Vous êtes bien plus à l’aise que le Néerlandais (61.000 €) ou le Luxembourgeois (60.000 €). Et à côté de vous, le Français (41.000 €) et l’Allemand (38.000 €) sont des miséreux. Ensuite, et de deux: d’après les experts en économie de l’OCDE (où fut recasé le regretté Yves Leterme), nos salaires de travailleurs et d’employés belges sont trop élevés.

En moyenne aussi. Il faudra donc que j’avertisse ma caissière préférée de mon Delhaize en face de chez moi: "Allison, avec tes 1.200 € net par mois, tu vas finir par nous plomber la compétitivité!" Bref, le Belge croule sous l’argent et il est surpayé.

Je lance donc un appel solennel: nous, les nababs, cessons un peu d’embêter ce pauvre Didier Bellens! Ça devient mesquin, à force.

Rendons-nous compte du drame que vit ce garçon: il va bientôt devoir raboter ses rémunérations de super-méga-patron de Belgacom de… 62 %! Son (ex-)ministre de tutelle, Paul Magnette, juste avant de s’en aller s’occuper exclusivement de Charleroi (et aussi, tant qu’à faire, de la présidence du PS), a en effet déposé un projet de loi plafonnant les rémunérations des patrons des entreprises publiques.

Je sais, à chaque fois, moi aussi ça me fait tout drôle: Belgacom est encore majoritairement une entreprise "publique". Où Didier Bellens touche donc chaque année 2,2 millions brut de salaires-bonus-intéressements-autres (ce qui fait genre 110 fois le salaire brut trop élevé d’Allison). Si la loi Magnette passe, son paquet de rémunérations sera tout rabougri à 836.000 € (ce qui le fera chuter à seulement 42 fois le salaire trop élevé d’Allison).

Et là, je dis danger-opgepast! A l’instar du Conseil d’administration de Belgacom, je suis inquiet. Selon de savants calculs (communiqués de la direction?), une mesure de réduction des salaires du directoire de Belgacom pourrait coûter… 30 millions à l’entreprise (publique, donc).

Et pourquoi ça? Parce qu’elle entraînerait "un découragement de la classe dirigeante, voire des départs au sein de la direction, puis des coûts de recrutement et des pertes causées par des retards dans les projets". Donc, si je résume, Didier Bellens va d’abord bouder. Puis éventuellement se casser.

Et là, subitement, tout va s’arrêter. Les milliers d’employés seront dans la pampa, comme paralysés. Si ça se trouve, peut-être même que les clients de Belgacom-Proximus vont arrêter de téléphoner, de regarder la télé ou de surfer sur Internet. Parce qu’ils sentent que Didier Bellens est le seul en Belgique, que dis-je au monde!, à pouvoir diriger Belgacom. Un autre patron à 800.000 €, ça n’ira pas.

Sans Didier, ça ne sert même à rien d’essayer. Autant fermer boutique tout de suite. Raison pour laquelle le CA de Belgacom (majoritairement composé de représentants de l’Etat belge) va déposer un recours contre la loi limitant le salaire de son patron, c’est-à-dire contre son actionnaire majoritaire, l’Etat belge.

Pas de doute, nous sommes bel et bien en Belgique.

vincent.peiffer@moustique.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité