L’homme qui connaît les femmes…

Vous avez par exemple aigriculteur: agriculteur découragé. Ou bête seller: navet qui bat des records de vente.

144663

Ou se faire électroniquer: se faire avoir par les nouvelles technologies. Mais le néologisme de l’année, celui qui a remporté le Festival du Mot Nouveau à Paris, c’est attachiant: difficile à vivre mais attachant. Un peu comme Laurent, si on veut.

Et le contraire de Philippe, qui ne fait rien de mal (qui ne fait rien du tout, d’ailleurs) mais qu’on n’aime pas. Tandis que Lolo, qu’est-ce qu’on l’aime! C’est logique: il aligne consciencieusement les sottises depuis une quarantaine d’années. Et donc merci au magazine Questions à la une d’avoir souligné à quel point ce garçon est attachiant. En nous rappelant, d’abord, ce qui fait déjà sa légende: l’ado instable, l’écolier médiocre, le fugueur colérique, le chauffard multirécidiviste…

Son côté miraculeux, aussi: Laurent sera haut gradé de la marine en ayant le mal de mer et plongeur d’élite sans savoir nager… Fort. Il sera même expert-président d’un bidule simili-environnemental (l’IRGT), ceci sans aucune formation mais avec un salaire mensuel d’un million d’ex-francs belges. Très fort.

Et alors comment notre Lolo chéri arrive à se placer au-dessus des lois! Trop fort. Ses détournements d’argent à la marine? Pas de poursuites. Ses délits de fuite? Non plus. Ses fondations bidon et ses sociétés écolo-machin-truc qui tripotent dans l’immobilier? Rien à redire. Et donc on l’aime, notre adorable prince margoulin qui se permet tout. Y compris de faire le diplomate d’occase à Kinshasa, si ça le chante.

Un chouette prince rebelle, en somme! Un Robin des Bois de Laeken, qui prend aux riches (les contribuables) pour donner au pauvre (lui). Et c’est normal: avec 25.500 euros net par mois de dotation (+ une villa offerte), comment vivre un tant soit peu dignement? C’est difficile. Alors à force d’être ric-rac, on en devient rapace. On refuse de payer ses restos. Et on reprend en douce les 10 euros qu’on a donnés au marchand de glace…

Ce qu’on découvre dans le reportage, en revanche, c’est cette grande expertise en matière de dames. Laurent connaît tout de l’espèce féminine. Les pin-up du showbiz, les damoiselles du gotha, mais aussi comment on les traite. Un savoir qu’il n’hésite d’ailleurs pas à partager. Pour ce faire, étant donné qu’il est également pilote d’hélico (si-si!), Lolo emploie une efficace comparaison didactique: "Un hélicoptère doit être aussi bien maintenu qu’une femme, parce que c’est aussi fragile qu’une femme… Et ça coûte à peu près le même prix".

Vous percevez le fin connaisseur? Ce que sont les femmes: hors de prix. Comment elles doivent être: maintenues. Leur faiblesse: la fragilité. Pour ça, on peut lui faire confiance. Afin d’étayer ses propos, Lolo a voulu tester leur résistance physique en leur filant des torgnoles, ce qui vaudra auxdites dames d’être hospitalisées.

Déduction qu’on peut qualifier de scientifique: la femme est donc fragile. Donc tu vois, Philou? Si tu veux qu’on t’aime, nous, les Belges, tu dois être un peu plus zot. Je ne sais pas: roule à 230 en Ferrari, lance des boules puantes au Te Deum ou file quelques mandales par-ci, par-là. Tu verras, ça te rendra attachiant. Comme Laurent.

vincent.peiffer@moustique.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité