Le mal par le MAL

Te djeu, quand Monseigneur se lance en politique, ça ventile sévère! Avant Noël, il taillait une veste à Bart De Wever, puis dégommait les gros négoïstes de néolibéraux.

212355

Et voilà que dans son nouveau best-seller, Agir en chrétien dans sa vie et dans le monde, Léo la Castagne dénonce "les nombreux abus commis actuellement en matière de démocratie parlementaire". Parce que figurez-vous qu’il se passe un truc scandaleux: le Parlement belge "s'attribue le droit de décider par vote majoritaire du sens de la sexualité, de la différence du masculin et du féminin, de la signification du mot "mariage", du rapport métaphysique de l'être humain à la finitude et à la mort, de la qualité des embryons méritant ou non d'être respectés".

Comme Léo aime bien alambiquer son français, je vous traduis le bazar en mots normaux: ces merdeux de députés ont donné des droits aux homos, ils ont autorisé le divorce, la contraception, l’avortement et l’euthanasie. Or y pouvaient pas! C’est pas leur job, merde! Dans un autre best-seller sorti en 2006, Léo les avait pourtant avertis: les élus du peuple "n’ont pas autorité sur le sens métaphysique et biologique de la sexualité".

Tandis que lui, oui. C’est lui qui décide de ces trucs-là, avec aussi Benoît et quelques autres connaisseurs, à Rome. Nous, les humains basiques, on n’y entend rien au sens des choses. On n’a même pas le droit d’y penser! Léo le fait à notre place. Mais voilà: ces petits péteux de parlementaires ont réussi à lui piquer son boulot. Et Léo, ça le met très en colère. Donc il a décidé de récupérer son job.

Mais pas tout seul. Dans son énorme best-seller, l’archevêque exhorte les hommes et les femmes "aux convictions chrétiennes fortes à s'engager dans la politique à tous les niveaux". Malin, Léo mobilise donc ses hordes de chrétiens et les lance à l’assaut du Parlement. Un appel déjà largement suivi par ma tante Josette (vice-présidente du fan-club Léonard des 4 x 20 de Clermont-Thimister), par l’Amicale des anciens de la Chorale Sainte-Marie-Chantale de Tintigny et par la Jeunesse paroissiale de Jandrenouille, ceci sous le haut patronage de Tante Fabi. La conquête du Parlement est en marche!

Elle sera d’ailleurs officiellement lancée dimanche en la cathédrale Sainte-Gudule, lors d’une homélie qui fera date: l’archevêque annoncera rien moins que la création de son parti politique. En tant qu’ancien enfant de chœur de la paroisse de Welkenraedt (si si!), Léo m’a désigné directeur de campagne. Avec pour mission première de trouver un nom de parti éponyme. J’avais simplement envisagé le "Parti André Léonard".

Mais le "PAL", ça fait retour du supplice. C’est encore un peu tôt. Donc finalement, j’ai opté pour le "Mouvement André Léonard". Le "MAL"! Ça fait un peu Satanas et Diabolo, mais justement: ça reflète bien le côté rosse de Monseigneur, et aussi l’esprit farceur des catholiques. Et puis ça nous fait déjà plusieurs slogans de campagne… Convivial: "Votez Léo, 'y a pas de MAL!" Offensif: "Soigner le Mal par le MAL!" Belliqueux: "Le MAL attaque à la racine!" Humble: "Le MAL, c’est pas si mal". Vous permettez? J’ai un truc à noter: ne pas oublier, pour le prochain meeting, d’inviter le Premier ministre hongrois, Viktor Orban. Voilà.

vincent.peiffer@moustique.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité