La langue bien pendue – Le pape François

Faut-il aimer le pape François? Faut-il voir en lui l'expression d'une Eglise moderne? Avec sa langue bien pendue, Vincent Peiffer remet les pendules à l'heure tous les mercredis sur BEL RTL à 7H20.

1021262

Et pourtant, tout se passait bien ! C’est vrai : depuis son arrivée au Vatican, le pape François a donné un gros coup de frais à une Eglise catholique empêtrée dans ses conservatismes. On a d’abord senti l’homme de terrain qu’il était en Argentine. Jorge Bergoglio est direct, humble, accessible et même moderne. Il communique lui-même avec son portable ou par e-mail. C’est dire la révolution ! Il a également mis de l’ordre dans la Curie romaine, qui était un repère de barons jaloux de leurs prérogatives. François a aussi retracé le cap: il veut une Eglise pauvre pour les pauvres.  Et puis, il pose des gestes forts : il va en prison laver les pieds d’une détenue musulmane, il baptise l’enfant d’une mère célibataire et celui d’un couple non marié. Il admet le préservatif pour lutter contre le sida. Et puis, il dit des choses fortes : « Qui suis-je pour juger les homosexuels ? » Bref, François ne veut plus d’une Eglise qui exclut.  Avouez, ça nous change. Et ce n’est pas fini ! Des spécialistes en sont persuadés : sous le pontificat de François,  l’Eglise délaisser le célibat obligatoire des prêtres et autorisera l’ordination des femmes. Rien que ça.

C’est clair : François sait ce qu’il veut ! Par exemple, lorsqu’il désigne 19 nouveaux cardinaux, il zappe Monseigneur Léonard. Ce qui est tout sauf un hasard. Personne, même le pape, n’a oublié l’interview du Moustique où le primat de Belgique avait assimilé les homosexuels à des anormaux. Pour le nouveau pape, Joseph Léonard est un champion de la rigidité éthique, déconnecté des réalités. Sans parler de cette attitude aristocratique, voire hautaine… Le contraire de l’Eglise selon François.

Bref, comme je disais, tout se passait au mieux. A tel point que François a été désigné personnalité de l’année 2013 par le Time Magazine. Le pape étonne les croyants comme les laïcs. Pour vous dire, même moi qui ne suis pourtant pas précisément un adepte du catéchisme, j’aurais bien envie de lui dire : vas-y François,  continues, c’est tout bon !

Et puis ce week-end, patatra ! Un des futurs cardinaux soigneusement choisis par François nous en fait une bien bonne. L’Espagnol Fernando Sebastian Aguilar, 84 ans, archevêque émérite de Pampelune, qualifiait l'homosexualité  – je cite – de « déficience sexuelle ». Mais ! La bonne nouvelle – je cite toujours le vieil archevêque – c’est que « de nombreux cas d'homosexualité sont récupérables et soignables avec un traitement adéquat ». Alléluia ! Réjouissez-vous, les gays et les lesbiennes ! Vous êtes malades, mais ça se soigne ! Quelques piqures ou quelques pilules anti-gay, et il n’y paraîtra plus : vous serez guéris de vos graves « déficiences ».

Le pire, dans cette histoire, c’est que le futur cardinal espagnol est un proche du pape François. Un ami, même !

Voilà, c’était donc pour vous dire de ne pas trop se fier aux apparences. Même avec un souverain pontife qui secoue énergiquement le cocotier, la haute hiérarchie catholique est toujours capable de délires à la Joseph Léonard. Et pour rappel, toute l’Eglise – le pape François compris – est toujours très opposée au mariage gay, à l’avortement et même à la contraception. C’est d’ailleurs pour ça qu’on fera ce qu’on voudra !

Sur le même sujet
Plus d'actualité