La langue bien pendue – La solution toute (trop) bête pour l’aéroport de Zaventem

Chaque mercredi, Vincent Peiffer refait l'actualité sur Bel RTL. Cette semaine, en pleine campagne électorale, il se permet de régler le problème du survol de Bruxelles. Trop simple?

1086628

Oui, LE tout grand débat de la campagne, c’est donc le grand retour des nuisances sonores de l’aéroport de Zaventem. Depuis que le nouveau « Plan Wathelet » de répartition des vols est appliqué, c’est même la cacophonie. Il y a quelques jours, un reportage de France 2 soulignait d’ailleurs l’absurdité de la situation bruxelloise : dans tous les aéroports du monde, pour des raisons évidentes de sécurité et de nuisances sonores, on fait en sorte de ne pas décoller au-dessus des villes. Tous, sauf Brussels Airport! Parce que chez nous, voyez-vous, ce ne sont pas les lois de la physique, de l’acoustique ou de la gravité qui priment. Chez nous, les avions doivent d’abord respecter les lois communautaires ! Les nuisances ne doivent toucher ni les Flamands, ni les Bruxellois, ni les Wallons. Et donc ce dossier est devenu inextricable…

Eh bien, contre toute attente, j’ai une solution ! Rassurez-vous, je ne vais pas prononcer ici pour le Noord-Rand, l’Oost-Rand, la route du canal ou encore la route dite « Zoulou »… J’ai beaucoup mieux : je propose que la Belgique demande à un comité d’experts indépendants – donc surtout pas belges – d’apporter ses solutions objectives. Mais attention ! Auparavant, tous les partis, francophones comme flamands, se seront engagés à respecter les conclusions de ces experts et à appliquer leurs solutions sans rechigner, quelles que soient ces solutions. Voilà, c’est tout simple.

A mon avis, les experts se ficheront complètement du communautaire et conseilleront d’abord un truc tout bête : survoler des zones peu peuplées. Ça paraît évident, mais pas pour tout le monde, semble-t-il… Pour cela, ils préconiseront certainement l’utilisation d’une deuxième grande piste principale à Zaventem, piste qui sera orientée face aux vents dominants, et qui permettra donc aux avions de prendre rapidement de l’altitude. L’espace existe pour cette piste, il suffit de la construire. Pour régler le problème des vols de nuit, ils conseilleront probablement un transfert partiel ou total du fret aérien de marchandises vers les aéroports de Liège et Charleroi, qui sont équipés pour ça et qui, eux,  ont été conçus pour ne déranger personne, de jour comme de nuit.

Je sais, ça paraît facile… Trop facile pour la Belgique qui adore se compliquer la vie. Mais au moins, j’aurai essayé…

Sur le même sujet
Plus d'actualité