La langue bien pendue – Et si le CDH avait rapproché électeurs et politiques?

Chaque mercredi, Vincent Peiffer a la langue bien pendue à 7H20 sur Bel RTL. Cette semaine, quelques heures après le non du CDH à la note de Bart De Wever, il se demande si le CDH n'a pas finalement fait que respecter ses électeurs. Explications.

1128945

Savez-vous la phrase qui m’énerve le plus, en politique ? « Il faut tirer les leçons de ce scrutin et du désintérêt des citoyens pour la politique. » On y a droit chaque soir d’élection, et personne ne tire aucune leçon. Eh bien, hier soir, c’est enfin arrivé ! Nous avons même eu une vraie réaction du CDH qui, à mon humble avis, aide à rapprocher citoyens et politiques. Tout simplement parce que les Humanistes ont été cohérents.

La fameuse note de Bart De Wever était tellement consensuelle que le CD&V, le MR et le CDH ne pouvaient pas, disait-on, refuser de négocier la formation d’un gouvernement de centre-droit avec la N-VA. Eh bien si ! La semaine dernière, je vous rappelais les propos tenus il y a un peu plus d’un mois par le CDH via Francis Delpérée et Benoît Lutgen : « La N-VA est un parti raciste ». Le CDH a été cohérent : il a dit non à la N-VA. Pour plusieurs raisons. Mais surtout parce que, comme disait Benoît Lutgen au Journal de RTL-TVI, « en quelques semaines, le loup ne s’est pas transformé en agneau ».

Et puis, il y a la réaction du MR… Avant les élections, après quelques atermoiements, Charles Michel avait finalement été clair, lui aussi. Il avait affirmé – je le cite – qu’ la N-VA, il y a des relents racistes " . Il ajoutait même qu’"entre le MR et la N-VA, il y a un trop grand écart de programmes. " Conclusion de Didier Reynders : "Nous privilégierons une majorité sans la N-VA! " Ils ont dit tout ça… Rassurés par les propos des deux leaders libéraux,  des citoyens francophones qui ne voulaient pas d’alliance avec la N-VA ont donc voté MR le 25 mai. Et hier, le MR disait oui à Bart De Wever. Il a privilégié une majorité avec la N-VA, et un gouvernement dominé par un parti aux relents raciste. Même si c’est par réaction à son éviction des coalitions régionales, où est la cohérence du MR et le respect de ses engagements envers l’électeur ?

Donc voilà, pour combattre le désintérêt pour la politique, il y aurait peut-être une première chose à généraliser : cesser de dire tout avant les élections et faire son exact contraire après les élections. Ce serait déjà ça.

En tout cas moi, je tiendrai mes promesses: mercredi prochain, je reviens.

Sur le même sujet
Plus d'actualité