La France très forte

J’ai enfin retrouvé mon vrai Sarko! Parce que je te le dis tout cru, Nico: j’ai craint le pire. J’ai eu peur que tu nous la joues mauviette.

334927

D’ailleurs, c’était quoi ces pleurnicheries de mollasson? "J’ai appris", "j’ai fait des erreurs", "j’ai grandi" et d’ailleurs "j’irai plus au Fouquet’s"… En plus, désolé, mais ton début de campagne, avec la France qui doit tout faire comme l’Allemagne parce que ceci cela, et que les Allemands sont comme ci comme ça, c’était du grand naze. Et l’honneur de la Frrrance, là-dedans?

Et la superbe des Frrrançais? Merde! Où j’ai repris espoir, c’est quand tu as dévoilé ton très beau slogan: "La France forte". Ça sentait bon la testostérone et le retour des méga-coucougnettes. Celles qui plaisent à Gérard et Ginette, à Robert et Josiane, bref à cette France parfois un peu crétine mais tellement pittoresque! Et pour ça, ton meeting de Villepinte était un chef-d’œuvre.

Du bleu-blanc-rouge tout partout, comme chez les Le Pen. La Marseillaise qui dégouline, comme chez les Le Pen. Et alors, surtout, LE discours que tous les Gérard et les Ginette attendaient: si ça merdouille en France, c’est la faute aux autres. Aux pas tout à fait Français Français, bien sûr, et aussi à la méchante Europe de Bruxelles.

Comme chez les Le Pen. Là, respect. Tu fus grandiose: "Il faut diviser le nombre d’immigrés par deux et rétablir les frontières!" Comme chez les Le Pen. De la France forte! Très forte! Ce qui était bien joué, c’est que tu as dit "il faut". Tu n’as pas dit "je vais" foutre la moitié des immigrés dehors et "je vais" remettre des douaniers autour de l’Hexagone. Vu que tu sais que c’est complètement crétin, tu ne le feras pas. Donc le "il faut" ne t’engage à rien. C’est juste pour les élections. Bien vu.

Évidemment, il y a toujours des critiqueurs. Quand vous vous faisiez des mamours à n’en plus finir, tu n’avais pas prévenu Angela Merkel que tu allais faire du crétinisme comme chez les Le Pen. Et donc la sotte de mère Angèle ne veut plus te voir. Elle ne comprend même pas que c’est juste pour les élections!

C’est comme Guy Verhofstadt. Est-ce que ce dadais n’est pas allé faire le malin devant tout le Parlement européen est se demandant "qui est le candidat de l'extrême droite en France, Le Pen ou Sarkozy?"! Avoue qu’il a un peu raison.

Mais c’est pour ça que je le sens bien, maintenant. Surtout quand tu traites un journaliste de "couillon" ou François Hollande de "nul". Là, j’ai confiance. On sent que tu es revenu à tes fondamentaux qui ont fait leurs preuves. Si tu pouvais encore faire quelques bonnes grosses promesses que tu ne tiendras pas, ça me rassurerait complètement. Genre que tu vas niquer les paradis fiscaux et que tu vas nous moraliser le secteur financier mondial à toi tout seul.

Réfléchis aussi à une petite intervention militaire en Syrie. Une bonne guerre, ça soude une nation derrière le chef. Ce qui serait pas mal, aussi, ce serait un épisode privé un peu douloureux, comme avec Cécilia en 2007. Une petite dispute avec Carla, peut-être? Ça humanise. Ça fait président du peuple.

Et alors côté people, Gérard Depardieu c’est pas mal. Mais c’est peu. Vois peut-être du côté de Gérard Lenorman, on ne sait jamais. Ou de Matt Pokora pour les jeunes. Je sais que ça casse les tympans. Mais c’est juste pour les élections.

vincent.peiffer@moustique.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité