Jean-Marc Morandini: « Non, mais je suis ceinture noire de judo »

Son site d'infos et son émission médias-people, qui débarque sur AB3, créent le buzz, énervent et divertissent.

61874

Jean-Marc, je ne le savais pas, mais vous êtes d'origine sarde…
Je suis d'origine sarde par ma maman, oui.

Tout s'explique! Votre attirance pour les people et la vie des riches vient de là… La Sardaigne est connue pour être une terre d'accueil des stars et des riches…
Je n'y avais jamais pensé, mais je devrais peut-être consulter un psy. C'est vrai que c'est un repère de la jet-set, et ça se justifie parce que c'est magnifique.

Vous fréquentez Porto Cervo, l'endroit le plus people de la Sardaigne?
Je ne fréquente pas du tout le monde people. J'aime bien rester éloigné des people, ça permet de s'en amuser…

De toute façon, ils ne voudraient pas de vous!
Vous êtes sûr?

Je ne sais pas…
On m'a plusieurs fois proposé d'aller dans ces soirées, ces week-ends au bout du monde, mais ça ne m'intéresse pas. Moi, je suis très casanier, j'ai les pieds sur terre.

Vous avez une vie d'homme normal…
J'ai une vie d'homme normal à cause de mon passé sur TF1 avec l'émission Tout est possible qui était très contestée. Tout s'est arrêté au bout de quatre ans quand j'ai été foutu dehors… Et, à l'époque, ma priorité c'était mon travail, je me suis retrouvé paumé. Du coup, j'ai revu ma conception de la vie.

Regrettez-vous d'avoir présenté Tout est possible qui était quand même à l'avant-garde de la télé trash?
Non, ça fait partie de mon parcours. Alors, à l'avant-garde, oui, mais ce que je faisais à l'époque, c'est ringard aujourd'hui. La télé évolue tellement vite…

Êtes-vous le Perez Hilton français?
Oh non, pas du tout. Je ne fais jamais rien sur la vie privée des gens, contrairement à Perez Hilton qui ne fait que ça.

Vous êtes souvent au centre de polémiques, vous faites l'objet de critiques, de réactions violentes… Ça ne vous fatigue pas?
Non, ça m'amuse. J'ai du recul vis-à-vis de ça. Les médias, c'est un énorme cirque où chacun joue un rôle. Ceux qui s'énervent, deux jours après, vous font la bise en vous disant qu'ils vous adorent. Après avoir vécu ma période TF1, il n'y a plus grand-chose qui me touche.

Parfois, je me dis que vous êtes maso…
Non. La seule chose qui me touche, c'est quand quelqu'un m'appelle en me disant "Tu as publié une info qui m'a blessé", mais ça arrive rarement. Je ne parle que de médias, ça reste de la télé, c'est pas grave ce que je raconte, c'est juste du divertissement…

Est-ce qu'on a déjà voulu vous casser la figure?
(Silence.) Non, mais je suis ceinture noire de judo (rire).

C'est bien de prévenir…
Eh oui, je fais un mètre quatre-vingt-deux, je suis plutôt costaud, ça aide, donc.

Faites attention tout de même, Jean-Marc, j'ai l'impression qu'il y a quand même beaucoup de gens qui ne vous aiment pas…
Oui, mais ça reste des mots. Ça reste des mots ou alors c'est que ces gens sont bêtes. Si des gens en arrivent à avoir la volonté d'attaques physiques, c'est quand même un manque d'intelligence.

Je m'inquiète pour votre petite santé, Jean-Marc…
C'est gentil, mais je prendrai un garde du corps.

Morandini. Du lundi au vendredi – 18h55 – AB3
www.jeanmarcmorandini.com

Sur le même sujet
Plus d'actualité