Ik walloniseer, je walloniseert…

Le drame social de Ford Genk, les 10.000 emplois directs et indirects perdus dans le Limbourg, c’est la faute à devinez qui? A nous, les Wallons! 

650102

Ou plus précisément à notre mauvaise influence. D’après Bonabart 1er, empereur d’Anvers et de toutes les Flandres, c’est à cause de la "wallonisation". Du verbe "walloniser". En flamand: walloniseeren (ik walloniseer, je walloniseert, we walloniseren…).

Selon Bart, nous les Wallons foutons une putain de mauvaise ambiance de travail dans l’économie. Vu qu’on aime bien le gaspillage, les dépenses publiques, les allocations, la sécurité sociale, les pensions correctes, eh ben voilà: on crée une atmosphère négative.

Et vu que toutes ces horreurs sont relayées au fédéral par un Premier ministre d’un méchant Parti socialiste wallon, la "walloniseering" touche aussi la Flandre. Par conduction, si on veut. Et donc les patrons de Ford se sont dit: "Holy shit! There’s a fucking wallonisation in Genk!" Et ils ont fermé l’usine.  

A Genk, je me demande d’ailleurs s’il n’y a pas eu complot de wallonisation fomenté par nous autres, genre ver dans la pomme ou cheval de Troie. Est-ce que nous, sales Wallons, n’aurions pas envoyé 600 ouvriers wallons (faire semblant de) travailler à Ford Genk dans le seul but de pourrir la bonne ambiance bosseuse parmi ces braves ouvriers flamands qui ne demandaient qu’à raboter leur salaire de moitié?

A vérifier, Bart. Et même, si ça se trouve, peut-être que notre influence néfaste est également responsable de la fermeture simultanée de deux usines Ford en Grande-Bretagne. A vérifier aussi, Bart. Plus largement, n’ayons pas peur de poser les bonnes questions: les Wallons n’auraient-ils pas créé la crise mondiale?

Si on cherche bien, je suis sûr que ce sont des Wallons wallonisants qui ont provoqué la crise des subprimes, fin 2007 aux Etats-Unis. Et d’autres Wallons banquiers, un peu partout dans le monde, qui ont effectué plein de placements douteux, faisant éclater la crise financière de 2008, provoquant la faillite de banques qu’il a fallu renflouer avec l’argent public (exclusivement flamand!), ce qui a creusé les déficits publics, déclenché la crise boursière, les faillites, la crise économique, la plongée du pouvoir d’achat des ménages, qui n’achètent plus de Ford Mondeo à Genk.

Ça, Bart, c’est une quasi-certitude. D’ailleurs, tu peux être certain d’un autre truc: ce sont les Wallons qui organisent la concurrence fiscale et le dumping social entre pays européens. Raison pour laquelle Ford a choisi l’usine espagnole de Valence plutôt que celle de Genk.  

Et, Bart, puisqu’on en est à se dire des vérités, je vais t’en confesser une… Le 11 mars 2011, dans une allée de mon jardin wallon, j’ai creusé une saignée au marteau-piqueur. J’aurais pas dû. Les secousses ont provoqué un séisme au large du Japon, ce qui a déclenché le tsunami et la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Pire: avant-hier en faisant mon jogging, j’ai expiré trop fort, ce qui a provoqué l’ouragan Sandy, aux Etats-Unis. Parfois, je me dis que si j’avais vécu en Flandre, je n’aurais pas bêtement wallonisé le monde. J’aurais voté N-VA et, le soir du 14 octobre, j’aurais défilé à ta suite pour "prendre" l’Hôtel de Ville d’Anvers. Dans une chouette ambiance années 30…

vincent.peiffer@moustique.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité