Ik ben Elio Di Rrrrupo

Puisque vous êtes impatients de découvrir ma personnalité n°1 en 2011, ne chipotons pas: Elio Di Rupo! Ça ne se discute même pas. Je ne sais pas si on se rend compte, mais Super Elio a sauvé le pays de l’éclatement pour les deux années à venir (jusqu’aux élections de 2014)!

177557

Et alors pardon, mais notre Premier ministre force le respect question néerlandais. Vous savez quoi? Il va finir par le devenir, bilingue. Pas là tout de suite. Mais disons qu’en bossant dur, ça devrait pouvoir le faire aux environs de 2072.

En attendant, Elio, puis-je me permettre d’apporter ma modeste contribution à l’édification de ton parfait bilinguisme? Bien que n’étant pas linguiste émérite en langue flamoutche, je me permettrai juste une toute petite remarque de prononciation: même si la région a longtemps été sous domination espagnole, on ne roule pas les "r" en Flandre.

Donc retiens bien, Elio, on ne dit pas: "Dag mevrrrrouw! Ik ben Elio Di Rrrrrrupo en ik ben ook uw Eerrrrste ministerrrr". Tous tes roulements de "rrrrr", ça ne fait pas du tout Flandre profonde. Du côté de Borgerhout ou de Poelkapelle, ça fait juste péter de rire. Certes, le rire provoque l’adhésion.

Mais tous nos amis flamoutchs ne sont pas précisément des humoristes, quand il s’agit de leur langue. Chez certain(e)s, on soupçonnerait même un zeste de susceptibilité linguistique. Donc méfie-toi: avec tous ces "rrrr" partout, certains pourraient croire que tu te moques. Par exemple, à ta place, j’éviterais d’aller faire mon malin à Grimbergen.

Dans cette commune flamande accolée à Bruxelles (donc polluée par de grosses impuretés francophones), la bourgmestre Marleen Mertens (CD&V) a demandé à ses bons administrés néerlandophones de dénoncer les vils commerçants qui ne s’adressaient pas exclusivement à leurs clients dans la seule langue autorisée au sein de son petit Reich communal à elle: le néerlandais. Oui, Elio, un système officiel de délation. Comme en 40. Donc, si tu prends la parole en flamand à Grimbergen avec tous tes "rrrr", un bon citoyen de Grimbergen pourrait croire que tu taquines sa langue. Et très mal le prendre. Et donc, te dénoncer auprès de sa bourgmestre, qui enverra la milice et te fera déporter une douzaine d’années dans un camp de redressement linguistique. Ce serait bête.

Et alors, Elio, ne force quand même pas trop. Tout le monde a bien compris que tu faisais ton petit possible en néerlandais. Je sais bien que nous, les francophones, sommes extrêmement minoritaires en Belgique. Mais nous existons encore un peu.

Donc, tu as encore le droit de parler en français, parfois. Par exemple, l’autre jour quand tu es venu à Liège, ce n’était peut-être pas ultra-nécessaire de t’adresser à nous en flamoutch. En leur demandant gentiment, je pense que les Flamands seront d’accord que tu parles aux Liégeois en français.

Et même si tu le fais sans leur autorisation, je te promets qu’on n’ira pas raccusepoter. De même, dimanche matin après la nouba de la Saint-Sylvestre, si tu vas chercher ton cougnou à la boulangerie "Perlin-Pain-Pain" à Bergen (Mons), tu n’es pas obligé de t’adresser à la boulangère comme ceci: "Mag ik een cougnou hebben, Mevrrrrouw? Bedankt. Alleï, tot ziens en een Gelukkig Nieuw Jaarrrr!". Si tu le fais en français, la Flandre ne t’en voudra pas.
vincent.peiffer@moustique.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité