Frédéric Cauderlier: « Rien que pour vous, je vous le promets »

Il a quitté RTL pour le MR où il a été nommé directeur de la communication. L'occasion de tester sa résistance.

23614

En tant que nouveau directeur de la communication du MR, allez-vous montrer l'exemple et contrôler tout ce que vous allez dire durant cette interview?
Frédéric Cauderlier. – (Rire.) Je ferai attention à ne pas dire de bêtises. J'espère que vous serez clément si j'en dis.

Regardez-moi dans les yeux. Etiez-vous ami avec Charles Michel avant qu'il ne vous nomme à ce poste au MR?
Non, pas du tout. Je l'ai côtoyé en tant que journaliste. J'ai toujours eu de bonnes relations avec lui, mais comme j'en ai toujours eu – et j'en ai encore d'ailleurs – avec d'autres dans d'autres partis. En témoignent les SMS que j'ai reçus depuis l'annonce de la nouvelle.

Avec votre nouvel ami, vous nous préparez un MR "new generation"…
C'est clairement l'objectif qu'on s'est fixé: moderniser complètement l'image du parti et faire comprendre que le MR n'est pas, comme on le dit parfois, le parti des banquiers et des assureurs…

Et des B.C.B.G.!
Voilà, alors que c'est beaucoup plus que ça. C'est un parti qui, à mon avis, peut ratisser plus large.

Il y a du boulot!
Ah, oui, c'est clair, mais comme dans tous les partis. Aujourd'hui, la classe politique souffre d'une image particulièrement abîmée avec la crise à répétition. Quand on discute avec les gens dans la rue, c'est plutôt: "Ouais, bon, la politique, avec leur bazar institutionnel". Les politiciens souffrent de cette image.

Les pauvres! On ne va pas les plaindre…
(Rire.) Certains, je crois qu'on peut les plaindre. Pas tous, mais certains…

Directeur de la com au MR, traitez-vous aussi les problèmes de look? Parce que, là aussi, y a du taf!
C'est vous qui le dites…

Vous voulez que je vous envoie un mail avec les noms de ceux à relooker?
Oui, ça me plairait d'avoir un regard extérieur (rire).

Est-ce qu'il y en a un ou une que vous n'aimez quand même pas au MR?
(Silence.) Heu…

Ce "heu" en dit long…
Non, c'est une bonne question, parce que je ne me suis jamais engueulé avec un politique, sauf un, mais il n'est pas au MR.

C'est qui?
Oh, je ne vais pas donner son nom, mais je me suis un jour engueulé avec un député wallon, voilà.

Ecolo, PS ou CDH?
(Rire.) Bon, allez, sans langue de bois, du tac au tac, c'était un CDH. Mais il n'est plus député wallon aujourd'hui.

Quitter RTL pour le MR, vous en avez discuté avec votre papa?
Non, mais j'en ai énormément discuté avec mon épouse qui m'a super soutenu et m'a forcé à la réflexion. Elle m'a dit: "T'es sûr que tu veux pas y aller?"…

Normal qu'elle vous ait poussé, c'est mieux payé!
Oui, mais on ne me voit plus à la télé. Du coup, on doit payer nos places de concerts.

C'est vrai qu'on ne va plus vous voir à la télé. Votre petit côté "fils de Claude François" va me manquer…
Vous savez quoi? Rien que pour vous, je vous le promets, pour la première interview télé de Charles Michel que je devrais superviser, je me mettrai derrière lui avec un sourire un peu forcé et une farde bleue en dessous du bras.

Oui, mais il faudra mimer avec votre bouche Alexandrie, Alexandra
C'est promis.

Sur le même sujet
Plus d'actualité