Ça n’a rien à voir…

Je sais, je sais! J’ai bien entendu les "experts" genre de Callataÿ et les autres "chief economists" à la banque Machin-Truc. 

653591

Les mêmes qui n’avaient pas vu arriver la crise des subprimes, celle des placements ultra-risqués ou les délires de Dexia. Mais bon, allez, on disait que, cette fois-ci, ils sont ultra-concentrés sur leur sujet.

Et si je les entends, ces nouveaux experts, on doit bien retenir un truc, concernant la crise: il ne faut pas tout mélanger. La crise est bien plus profonde qu’un biesse impôt sur les grandes fortunes.

Une taxation sur les plus-values boursières – que la Belgique est la seule à ne pas appliquer en Europe – ne changera pas grand-chose à l’affaire. Et des taxes plus justes sur les gros revenus mobiliers et immobiliers non plus. Bref, il ne faut pas verser dans le simplisme et les amalgames.

Par exemple, la semaine dernière, nous avions la visite de Christine Lagarde. Et la directrice générale du Fonds monétaire international nous annonçait que notre système belge d’indexation automatique des salaires était "dépassé".

Pas bon du tout pour la "flexibilité", ça! Elle doit avoir raison, Christine, puisqu’elle est quand même patronne du FMI. C’est juste que le sien, de salaire (551.700 dollars/an), a été indexé de 11,1 % en quatre ans par rapport à celui que touchait le pauvre DSK, avant elle.

Une progression qui respecte l’indice des prix à la consommation dans la région de Washington (+ 10,9 % de 2007 à 2011), et qui sert de référence pour le calcul des salaires au FMI. Et à l’avenir, rassure le FMI, la rémunération de Madame la directrice continuera d’être ajustée chaque 1er juillet en fonction de l’inflation. Comme le nôtre, donc, sauf que chez nous, c’est devenu "obsolète", qu’elle a dit Madame Christine. Mais je sais, je sais… Pas d’amalgames. Ça n’a rien à voir.

Les dotations non plus, d’ailleurs. Mercredi dernier, c’était jour de paie princière. L’occasion pour nos Laekenois de montrer toute leur solidarité avec leurs sujets, et de suivre la recommandation de Madame Christine: leurs dotations seront gelées l’an prochain.

Pas l’ombre d’une indexation! Et donc en 2013, Fabiola touchera la même chose qu’en 2012: 1,441 million d’euros. Ce qui fait qu’en vingt ans, depuis la mort de Baudouin, Tante Fabi aura touché un Win for Life global de 26.988.036 euros exactement. Pour quoi faire? Ce qu’elle veut. Mais je sais, je sais… Ça n’a rien à voir. Comme il ne faut pas commencer à faire un foin autour de la promotion de Stephen Odell, le patron de Ford Europe.

Quatre jours après avoir bien travaillé en annonçant la fermeture de Ford Genk (10.000 emplois directs et indirects), le bonhomme est joliment promu vice-président du groupe et président de Ford Moyen-Orient et Afrique, en plus de Ford Europe.

Ça n’a rien à voir. D’ailleurs, Georges Leekens qui touchera 2,5 millions bien mérités pour avoir bossé six mois au FC Bruges avant d’être limogé, ça n’a rien à voir non plus. Et pendant que nous grattons encore 4,3 milliards d’économies et 6 milliards pour re-re-recapitaliser Dexia, l’ancien management du groupe bancaire (Pierre Richard, puis Pierre Mariani + Jean-Luc Dehaene) dépense gentiment ses méga-salaires et ses giga-bonus d’antan.

Ça n’a rien à voir. C’est juste que tout ça me procure une gêne au niveau du postérieur. Pas vous?

vincent.peiffer@moustique.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité