Anthony Kavanagh: « Excellente question. Excellente »

L’humoriste vient faire son Coming Out chez nous. Six fois, ce qui n’est pas peu.

137620

Hier soir à Montréal, ce matin à Paris, cet après-midi à Bruxelles. Votre attaché de presse m’a dit que vous êtes en plein jetlag. Ça fait rock star…
Oui, c’est vrai. Mais ça fait surtout le mec qui a de la chance et il y a une partie de moi qui aime ça.

Vous faites-vous rire?
Ça a pris dix ans.

Vous êtes lent à la détente! Vous ne vous trouviez pas marrant?
Durant les dix premières années de ma carrière, je me disais: "Jamais j’irai me voir." Dès que je me voyais, je détestais tout. Aujourd’hui, j’arrive à me faire rire, même si je continue à détester me regarder.

Quand vous avez le cafard ou que vous n’en pouvez plus, comment faites-vous pour monter sur scène et lâcher vos vannes?
Bonne question, parce que ça m’est souvent arrivé. J’ai passé quatorze ans dans les hôpitaux à suivre mes parents. Ils sont morts d’une longue maladie, je les ai vus dépérir… Et, le soir, je devais monter sur scène pour faire rire les gens…

Oui, d’accord, mais comment on fait?
J’ai appris à compartimenter les choses… Mes problèmes restent dans ma loge. Les gens n’ont pas payé pour ça, ils n’en ont rien à foutre.

Quel comique ne vous fait pas rire?
Le comique qui fait trop de jeux de mots. Je déteste les jeux de mots.

Ah non! Je veux des noms!
(Rire.) Non, je ne donne pas de nom…

Parce que les humoristes forment une grande famille…
Non, pas du tout! Je ne donne pas de nom parce que je sais combien ce métier est difficile et je sais que chaque humoriste a son public… En donnant un nom, je sabote le travail d’un autre et ça, non…

Vous ne ferez jamais un sketch sur…
Excellente question. Excellente. Je ne me la suis jamais posée…

Mais je suis là pour ça…
Sur quoi je n'écrirai jamais un sketch? Je n’ai pas de réponse… Je pense qu’on peut rire de tout si on trouve le bon angle, même avec des trucs comme la pédophilie ou la Shoah… Mais si je n'ai pas l’angle, je ne le fais pas…

Les humoristes québécois, c’est comme les chanteuses québécoises? Vous nous les envoyez pour que les Québécois se reposent un peu…
Je pensais qu’après moi, il y en aurait plus ici…

Quoi? Il n’y en a pas encore assez?
Non, il n’y en a pas encore assez. Il n’y a que Stéphane Rousseau qui m’a suivi…

Et Courtemanche?
Oui, dans les années 90, mais il était aux trois quarts muet…

On vous a déjà dit que vous ressemblez à will.i.am des Black Eyed Peas?
On m’a déjà dit plein d’autres trucs, mais pas ça. On m’a dit tellement de conneries que j’ai déjà tout entendu…

Le 24/11 à Louvain-la-Neuve. Le 25 à Huy. Le 26 à Arlon. Le 2/12 à Colfontaine. Le 3 à Woluwe-Saint-Pierre. Le 4 à Braine-le-Comte.

Sur le même sujet
Plus d'actualité