Alors, heureux?

Avec Wouter Beke, nous avons une sorte de Bart De Wever n° 2 en version macrobiotique. Comme chez Bart, on sent le cerveau du nouveau président du CD&V fort bien charpenté. Beaucoup mieux que le mien, par exemple.

1421

Avec Wouter Beke, nous avons une sorte de Bart De Wever n° 2 en version macrobiotique. Comme chez Bart, on sent le cerveau du nouveau président du CD&V fort bien charpenté. Beaucoup mieux que le mien, par exemple.

N’empêche que mon bête petit cerveau a fini par comprendre la cause du gros popo belgo-belge: Bruxelles. Le statut de Bruxelles, le financement de Bruxelles, les alentours de Bruxelles (BHV), le rayonnement économique de Bruxelles… Et figure-toi, Wouter, que mon biesse cerveau aurait bien une solution pour en sortir: que Bruxelles et ses alentours n’appartiennent pas aux partis politiques, mais aux citoyens. Je sais, c’est con. Note que, dans la catégorie des gros cons, on commence à être nombreux. Par exemple, des cons d’universitaires, d’économistes, de sociologues ou de démographes, flamands comme francophones, sont tous d’accord sur un même truc très con: Bruxelles, ce ne sont pas un million d’habitants étriqués dans un corset de 19 communes avec une ceinture linguistique autour.

Ce sont une soixantaine de communes, de Grimbergen à Waterloo ou de Lennik à Rixensart, avec 3 millions de cons qui vivent, travaillent, se cultivent ou s’amusent grâce à Bruxelles-Brussel. Et tu sais quoi, Wouter? Plus les cons de citoyens, les entreprises et les administrations de ce « Grand Bruxelles-Brussel » auront de liens entre eux, plus cette Région sera puissante et en fera profiter l’ensemble de la Belgique. Quand on a un joli cerveau comme le tien, Wouter, on en déduit quoi? Que ce Grand Bruxelles-Brussel est à tous les cons de citoyens, francophones comme néerlandophones. Et donc on fait une large Région bruxelloise BILINGUE, où chacun des cons est content d’être francophone ou néerlandophone, et où personne n’emmerde personne. Fini, le popo belge! Les agences de notation vont faire joujou ailleurs et nous, on s’occupe de choses importantes: les Diables rouges, le moral de Justine Henin, les mensurations de Miss Belgique… Et aussi de broutilles comme le chômage, les pensions, la pauvreté, la mobilité, la sécurité, l’environnement… Tu te souviens?

Mais non: pour les partis flamands, il faut scinder! Faire un mur. Le HV de BHV doit être 100 % pur porc flamand. C’est vital. Et ça, Wouter, mon petit con de cerveau ne le comprend toujours pas. C’est pour ça que je voudrais te poser une très bête question que tu voudras bien transmettre à tes amis élus flamands, avec l’espoir que vous me répondiez. Voilà: qui, sur cette Terre, est emmerdé par le fait que 130.000 personnes (francophones) autour de Bruxelles puissent voter et aller en Justice dans leur langue maternelle? Je veux dire: à part quelques nazillons du TAK, est-ce qu’il y a un seul peï normalement constitué, à Sint-Pieters-Leeuw ou à Vilvorde, qui se réveille la nuit en sueur et qui s’adresse à sa meï: « J’ai fait un horrible cauchemar, Poussin! Le franstalige qui a été home-jacké, eh ben il a pu aller en Justice contre ses agresseurs devant un tribunal francophone! C’est insupportable. Adieu, Poussin, je me suicide… » Je peux aussi te poser la question de manière plus positive: existe-t-il un seul type de Drogenbos qui va se taper une légère érection ou une seule choupette de Zaventem qui va câliner son gaillard parce qu’on aura retiré des droits démocratiques à des francophones? Tu comprends ma question, Wouter: est-ce que ça va les rendre heureux?
v.peiffer@telemoustique.be

Sur le même sujet
Plus d'actualité