La fin des vols pas chers en cinq chiffres

Le coût des billets, même low cost, continue de grimper. Voyager par air va redevenir un luxe.

Cabine d'un avion Ryanair
© BelgaImage

20 %

Les prix des vols sont entre 10 % et 30 % plus chers aujourd’hui qu’avant le Covid, selon la Belgian Travel Confederation. Idem en France (plus 23,6 %).

Nos dernières vidéos
La lecture de votre article continue ci-dessous

71 %

Si le coût d’un billet s’envole, c’est en partie à cause du prix du pétrole, qui a augmenté de 71 % en un an. Le carburant représente environ 30 % des dépenses d’une compagnie aérienne.

10 €

Les taxes contribuent aussi à ces prix élevés. En Belgique, elles varient de 2 € à 10 € (pour les vols courte distance). Aux Pays-Bas, elles sont passées à 26,43 € au 1er janvier 2023.

10 ans

Ryanair continue malgré tout à proposer des billets d’avion abordables. Il devrait pouvoir tenir avec ces tarifs encore 10 ans, jusqu’à ce que les régulations européennes le forcent à hausser les prix.

1/3

Si prendre l’avion va devenir de moins en moins accessible, le prix d’un ticket de train devrait, lui, baisser fortement, jusqu’à un tiers du prix actuel d’ici 2030, selon la BTC.

Point final

L’avion est longtemps resté un moyen de transport pour privilégiés jusqu’à ce que certaines compagnies développent des modèles low cost, démocratisant les voyages aériens et rendant certaines destinations accessibles aux personnes à revenus un peu plus modestes. On constate un retour en arrière en cette ère post-Covid de guerre en Ukraine. Les compagnies remontent toujours la pente de la crise. Elles restent donc frileuses et n’affrètent plus autant d’avions qu’avant. La demande dépasse ainsi l’offre, faisant monter les coûts. Sans compter le prix du kérosène et les différentes taxes dans chaque pays... Selon les spécialistes, les trajets à bas prix survivraient encore une dizaine d’années, avant de ne plus être aussi accessibles. Une bonne chose pour la planète, puisque les très polluants avions doivent être évités au profit du train, dont les prix devraient baisser progressivement et dont l’offre, de nuit notamment, devrait continuer de se développer.

Débat
Sur le même sujet
Plus d'actualité