Guerre en Ukraine : les livraisons d'armes à Kiev en cinq chiffres

Une cinquantaine d’Etats négocient âprement leur soutien à Kiev. La Belgique prend sa part.

chars donnés à l'Ukraine
© BelgaImage

90 millions

Jamais notre pays n’aura livré autant d’armes. La ministre de la Défense Ludivine Dedonder s’apprête à fournir à l’Ukraine du matériel militaire à hauteur de 90 millions d’euros.

2,5 milliards

Les Américains ont prévu d’envoyer des véhicules blindés pour un total de 2,5 milliards de dollars.

600

Le Royaume-Uni va, lui, fournir 600 missiles Brimstone supplémentaires. Mais c’est aussi le premier Etat à livrer des chars lourds.

À lire aussi : Voici pourquoi au moins un obusier belge combat en Ukraine (photos)

19

19 canons Caesar: c’est l’ensemble de ses stocks que le Danemark a envoyé en Ukraine.

1%

L’Estonie va consacrer 1% de son PIB à l’aide de l’Ukraine, soit 370 millions d’euros. Dans le monde, c’est le pays qui a proportionnellement le plus investi dans le soutien ukrainien.

À lire aussi : Guerre en Ukraine : quelles sont les pertes russes ?

Le point final

Si de nombreux pays livrent des équipements militaires à l’Ukraine dans des quantités qui font tourner la tête, le détail de ces livraisons reste sujet à des tractations extrêmement poussées. C’est ainsi que durant la rencontre organisée dans la base américaine de Ramstein, dans le sud-ouest de l’Allemagne, vendredi dernier, le président Zelensky n’a pas hésité à presser les pays alliés. “Je peux vous remercier des centaines de fois pour le soutien déjà apporté, mais les centaines de mercis ne sont pas des centaines de chars.” L’enjeu principal, ce sont bien ces chars lourds que l’Ukraine réclame en quantité depuis plusieurs mois. Le Royaume-Uni en a promis 14, mais les autres pays sont plus frileux. La Pologne est prête à envoyer des chars Leopard 2, considérés comme les meilleurs du monde. Mais étant de fabrication allemande, elle doit attendre le feu vert de Berlin, qui, à l’heure d’écrire ces lignes, ne vient pas. La Russie a signalé qu’en cas de livraison d’armes offensives vers Kiev, elle répondrait avec des “armes encore plus puissantes”.

Sur le même sujet
Plus d'actualité