10 choses à savoir sur Pier Antonio Panzeri, le repenti prêt à tout balancer dans le Qatargate

Le député italien présentait le profil idéal pour les corrupteurs qataris. Repenti, il a mouillé Marc Tarabella.

Pier Antonio Panzeri
© BelgaImage

Moteur

Pier Antonio Panzeri, Milanais de 67 ans est, selon la police belge, le moteur de “l’organisation criminelle présumée” financée par le Qatar qui aurait tenté de corrompre le Parlement européen à l’occasion de la Coupe du monde de football 2022.

Demi-million

Le 9 décembre 2022, il est interpellé à Bruxelles. Plus d’un demi-million d’euros en espèces ont été découverts au domicile bruxellois de Panzeri. Un mandat d’arrêt européen est exécuté le même jour contre son épouse et sa fille.

Repenti

Il a signé un accord de repenti l’engageant à informer les enquêteurs sur “le modus operandi, les arrangements financiers avec des États tiers, les constructions financières mises en place, les bénéficiaires des structures mises en place et avantages proposés, l’implication des personnes connues ou non encore connues dans le dossier, en ce compris l’identité des personnes qu’il admet avoir corrompues”…

A lire aussi : Michel Claise, le juge derrière le Qatargate : «Je n’ai pas envie de dire que les hommes politique seraient par nature corrompus, quoique…»

Prison

La peine encourue par Pier Antonio Panzeri sera limitée. Elle comprendra de la prison ferme (on parle d’un an à peine), une amende et la confiscation de tous les avantages patrimoniaux acquis, évalués pour l’instant à un million d’euros.

Engagé

Réélu député européen en Italie en 2014, il est devenu membre de la Commission des affaires étrangères et est élu président de la Sous-commission droits de l’homme en 2017 avant de céder le flambeau à Marie Arena.

Humanité

Il fonde en 2019 l’ONG Fight Impunity, qui vise à “promouvoir la lutte contre l’impunité en cas de violations graves des droits de l’homme et de crimes contre l’humanité”, dont il est président.

Anciens

Il est administrateur de l’Association des anciens députés au Parlement européen, dont l’objet est de “promouvoir les relations entre anciens députés et députés actuels au Parlement” et qui a pour singularité d’être domiciliée à la même adresse que le Parlement, rue Wiertz à Bruxelles.

À lire aussi : «Plus de 380.000 euros en petites coupures» : les dessous de l'enquête hors norme sur l'affaire Qatargate

Idéal

Antonio Panzeri présentait un profil idéal. Ancien leader syndical formé dans les rangs du Parti communiste italien, eurodéputé de gauche pour trois mandats consécutifs et militant des droits de l’homme... Le Qatar pouvait difficilement trouver un candidat avec une meilleure couverture.

L’amie

Il dit vouloir, par sa collaboration totale, réparer le tort immense qu’il a causé à la députée européenne Marie Arena, amie très proche. Il martèle via ses avocats que la socialiste belge n’a absolument rien à voir dans l’organisation criminelle dont il admet avoir été le dirigeant.

Lynchage

Panzeri a mouillé le député européen PS Marc Tarabella, affirmant notamment lui avoir versé 120 à 140.000 euros avec moult détails (dans des sacs en papier, tous les deux mois, la dernière fois il y a six mois).

Sur le même sujet
Plus d'actualité