L'affaire Darmanin: la justice se prononcera mardi

La justice française se prononce mardi sur le recours d'une femme contre le non-lieu rendu en faveur du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, l'une des figures du gouvernement, qu'elle accuse de l'avoir violée en 2009.

Darmanin
La cour se prononcera mardi sur le cas Darmanin © Belga Image

M. Darmanin est honni par de nombreuses voix féministes qui considèrent anormale sa présence au gouvernement.  Sophie Patterson-Spatz, 50 ans, a déposé une première plainte pour viol contre M. Darmanin au printemps 2017, pour des faits qui se seraient produits à Paris en 2009.

Selon la plaignante, M. Darmanin a exigé d'elle une relation sexuelle en échange d'un appui, alors qu'il était chargé de mission au service des affaires juridiques du principal parti de droite, l'UMP (Union pour un mouvement populaire) devenu aujourd'hui Les Républicains.  Elle souhaitait alors faire réviser une condamnation de 2005 pour chantage et appels malveillants à l'égard d'un ex-compagnon.  Selon elle, il lui avait fait miroiter lors d'une soirée son possible appui via une lettre qu'il s'engageait à rédiger auprès de la chancellerie.

La plaignante et le ministre reconnaissent tous les deux un rapport sexuel. Mais Sophie Patterson-Spatz estime avoir été contrainte de "passer à la casserole" avec M. Darmanin quand celui-ci, alors âgé de 26 ans, lui aurait dit: "Vous aussi, il va falloir m'aider".

A lire aussi: Darmanin et Dupond-Moretti, ministres en France : " un violeur à l’Intérieur, un complice à la Justice "

Des SMS au coeur du litige

De son côté, le ministre de l'Intérieur affirme avoir "cédé aux charmes" d'une plaignante "entreprenante". Un échange de SMS entre eux neuf mois plus tard est au coeur du dossier. Mme Patterson-Spatz lui écrit: "Abuser de sa position. Pour ma part, c'est être un sale con (...) Quand on sait l'effort qu'il m'a fallu pour baiser avec toi. Pour t'occuper de mon dossier". M. Darmanin répond: "Tu as raison, je suis sans doute un sale con. Comment me faire pardonner?"

Dans son ordonnance de juillet, la juge d'instruction, qui a rendu un non-lieu, avait estimé que la plaignante avait "délibérément choisi d'avoir une relation sexuelle avec lui dans le but de voir son affaire pénale rejugée" et que Gérald Darmanin a "pu légitimement se méprendre sur les intentions" de la plaignante.

A lire aussi: Le parquet de Paris requiert un non-lieu pour Gérald Darmanin, accusé de viol

Le 13 décembre, le parquet général a requis la confirmation du non-lieu, estimant qu"il ne peut être considéré qu'(elle) n'a pas consenti à l'acte sexuel". L'avocate de la plaignante, Me Elodie Tuaillon-Hibon, évoquait au contraire un "viol par surprise" et un rapport sexuel "extorqué", "ni libre, ni consenti". Une habitante de Tourcoing (Nord) avait aussi accusé M. Darmanin, alors ministre des Comptes publics, de l'avoir contrainte à des relations sexuelles en échange d'un logement et d'un emploi. L'enquête a été classée en 2018.

Sur le même sujet
Plus d'actualité