10 choses à savoir sur Olivier Vandecasteele, détenu en Iran

Moustique s’associe, comme tous les autres médias belges, à la campagne d’Amnesty en faveur de la libération de notre compatriote, condamné à 40 ans de prison en Iran.

olivier vandecasteele détenu en Iran
© BelgaImage/ VANDECASTEELE

Date célèbre

C’est le 24 février 2022, le jour de l’invasion de l’Ukraine par les Forces armées russes qu’Olivier Vandecasteele a été arrêté. Mais cette date, tout comme l’arrestation d’Olivier, est restée longtemps méconnue du grand public pour ne pas perturber les négociations entre les gouvernements belge et iranien.

Motifs inconnus

Les raisons et la nature exacte de la condamnation d’Olivier Vandecasteele sont restées longtemps indéterminées. Ce n’est qu’en décembre qu’on apprenait qu’il encourait 28 ans de prison. Puis, le 9 janvier, 74 coups de fouet et 40 ans de prison pour espionnage, blanchiment d’argent et trafic de devises.

Régime sévère

Ses “privilèges” (un à deux fruits et légumes frais par semaine) ont été révoqués en octobre dernier. Il est enfermé dans une cave froide et sans fenêtre.

À lire aussi : La colère de la famille d'Olivier Vandecasteele détenu en Iran : «On devrait faire de mon frère un cas emblématique ?»

Déménagement

Olivier Vandecasteele (41 ans) est un travailleur humanitaire. Il a œuvré au Mali, en Afghanistan et six années en Iran où son dernier contrat avec une ONG avait pris fin. Il était revenu à Téhéran pour vider son appartement.

Pas de séjour “déconseillé”

Contrairement à ce que Theo Francken (N-VA) affirme, le ministère des Affaires étrangères n’avait pas formellement déconseillé les séjours en février 2022.

Monnaie d’échange

Le gouvernement iranien entend échanger Olivier Vandecasteele contre un de leurs ressortissants, Assadollah Assadi, qui avait organisé un attentat (déjoué) contre un meeting du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI).

À lire aussi : Vincent Van Quickenborne: «Nous ferons revenir Olivier Vandecasteele d'Iran»

Service action

Assadollah Assadi possède une formation militaire poussée et était 3e secrétaire de l’ambassade d’Iran à Vienne. Il s’agirait d’un membre des services secrets iraniens.

Pas que des colombes

Le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) est une coalition dont l’Organisation des moudjahidine du peuple iranien (OMPI) est la composante la plus importante, que l’ancien coordinateur du contre-terrorisme du Département d’État US taxe “d’islamo-marxistes ayant du sang américain sur les mains”.

Transfèrement

Les députés belges avaient voté en juillet 2022 une loi permettant l’échange entre Assadi et Vandecasteele. Des députés N-VA et Darya Safai, proche du CNRI, l’ont fait suspendre par la Cour constitutionnelle. Celle-ci a jusqu’au 8 mars pour prendre une décision définitive.

Pétition

Une pétition est disponible sur Amnesty.be. Le ministre de la Justice a fait des déclarations encourageantes quant à une future libération de l’humanitaire. Il a également martelé: “Nous ferons tout pour récupérer l’homme, dans le respect des principes de l’État de droit, et nous réussirons. C’est ma ferme volonté et celle de tous mes collègues du gouvernement”.

Sur le même sujet
Plus d'actualité