Iran: deux manifestants supplémentaires exécutés, les USA et l'UE consternés

Washington condamne «dans les termes les plus forts» l'exécution en Iran de deux manifestants, alors que la justice iranienne continue de sévir.

Manifestation contre Téhéran
Manifestation contre le pouvoir iranien à La Haye (Pays-Bas) le 21 décembre 2022 ©BelgaImage

Les États-Unis ont fermement dénoncé samedi les exécutions de deux hommes, condamnés à mort dans le cadre des manifestations en Iran.

14 personnes condamnées à mort

«Nous condamnons dans les termes les plus forts le simulacre de procès et l'exécution en Iran de Mohammad Mehdi Karami et Mohammad Hosseini», a tweeté le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price. «Ces exécutions sont un élément clé de la stratégie du régime pour réprimer les manifestations», qui secouent le pays depuis des mois, a-t-il assuré.

L'Union européenne est elle aussi «consternée» par l'exécution de Mohammad Mehdi Karami et de Seyyed Mohammad Hosseini. L'UE, qui dénonce un «nouveau signe de la répression violente des manifestations», «appelle une nouvelle fois les autorités iraniennes à mettre immédiatement un terme à la pratique hautement condamnable de prononcer et d'exécuter des condamnations à mort contre des manifestants» et à «annuler sans délai les récentes condamnations à mort déjà prononcées dans le contexte des manifestations», ajoute la porte-parole, Nabila Massrali, dans un communiqué.

La justice iranienne a annoncé la pendaison samedi de ces deux hommes coupables selon les autorités d'avoir tué un paramilitaire lors des manifestations déclenchées par le décès en détention de la jeune Mahsa Amini. Un tribunal en première instance avait condamné à mort les deux hommes le 4 décembre et la Cour suprême avait confirmé le 3 janvier leurs peines, une justice qualifiée d'«expéditive» par des ONG de défense des droits humains.

À lire: La colère de la famille d’Olivier Vandecasteele détenu en Iran : «On devrait faire de mon frère un cas emblématique ?»

Depuis le début du mouvement de contestation, 14 personnes ont été condamnées à mort en lien avec les manifestations, selon un décompte de l'AFP basé sur des informations officielles. Parmi elles, quatre ont été exécutées, deux ont vu leur peine confirmée par la Cour suprême, six attendent de nouveaux procès et deux autres peuvent faire appel.

Sur le même sujet
Plus d'actualité