Rétro : les images qui ont marqué l'actualité en 2022

Parce que l’image témoigne de la course du monde et imprime nos émotions face à l’actualité, elle reste le support le plus puissant dans le vacarme médiatique. Celles de l’année 2022 résument un état d’esprit qui, malgré le poids des menaces, pousse à se questionner, à s’indigner et à se positionner.

guerre en ukraine
Ukraine, 26 février. Le corps d’un soldat russe, tombé lors de la bataille de Kharkiv. © BelgaImage

9 janvier - L’interview chantée

Maître du happening médiatique, Stromae frappe toujours là où on ne l’attend pas. Pour amorcer la promo imaginée autour de la sortie de son nouvel album, “Multitude” (le premier en neuf ans), l’artiste - en costume cravate - accorde une interview à Anne-Claire Coudray dans le 20 heures de TF1. Évoquant la dépression qui l’a poussé hors-champ, la journaliste lui pose cette question “Est-ce que la musique vous a aidé à vous en libérer?”, Stromae répond en entonnant sa nouvelle chanson, L’enfer. Certains crient au génie, d’autres au scandale, évoquant un mélange des genres insupportable, voire un piratage de l’espace journalistique par la promotion commerciale. Si le but était de marquer les esprits et de susciter le débat sur les limites du jeu médiatique, c’est doublement réussi.  Au dernier comptage, “Multitude” s’est vendu à plus de 200.000 exemplaires.

https://www.youtube.com/watch?v=YAG6nj7Sff8

7 février - Six mètres de distance

Le lundi 7 février, Emmanuel Macron fait le déplacement à Moscou afin de s’entretenir avec Vladimir Poutine. De cette conversation de la dernière chance à propos de la crise ukrainienne, on retiendra le décor de cette salle du Kremlin, barrée par cette imposante table au bout de laquelle sont positionnés les deux dirigeants. On dit que la distance entre les protagonistes est dictée par les mesures sanitaires (Macron aurait refusé de se soumettre à un test), on découvre que la table (six mètres de long) est l’œuvre d’une firme italienne et qu’elle a coûté autour des 100.000 euros. Quand la diplomatie est piratée par la déco…

macron et poutine

© BelgaImage

24 février - Le retour de la guerre

Le monde se réveille frappé à la tête par l’annonce de l’invasion de l’Ukraine. Huit ans après l’annexion de la Crimée par la Russie, Vladimir Poutine orchestre une vaste opération armée en territoire ukrainien, provoquant l’indignation de la communauté internationale qui n’intervient pas militairement (puisque l’Ukraine n’est pas un pays membre de l’Otan), mais dégaine une rafale de sanctions économiques. Ce retour de la guerre en Europe a évidemment de lourdes conséquences humanitaires, géopolitiques, économiques et écologiques. Entre l’accueil des réfugiés, les soupçons de crimes de guerre, la menace nucléaire et l’angoisse d’un élargissement du conflit, l’équilibre mondial est fragilisé par un dérèglement des marchés où les prix du gaz, des céréales et de certaines matières premières grimpent, impactant notre quotidien. Selon le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, la guerre en Ukraine aurait fait, à ce jour, 15.000 victimes civiles: 6.000 tués et 9.000 blessés.

guerre en ukraine

© BelgaImage

14 mars - Le JT  le plus vu

Dans la catégorie des images qui ont fait le tour du monde, celle de la journaliste Marina Ovsiannikova est l’une des plus fortes de l’année. Déboulant sur le plateau de Vremia, programme d’info diffusé sur une chaîne russe très regardée, Ovsiannikova brandit une pancarte où l’on peut lire: “Non à la guerre. Ne croyez pas à la propagande. On vous ment, ici”. Arrêtée, condamnée à une amende, inculpée pour diffusion de fausses informations (elle risque dix ans de prison) et placée en résidence surveillée, elle parvient, dit-on, à quitter la Russie. Aux dernières nouvelles, elle serait rentrée à Moscou…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Moustique (@moustiquemag)

27 mars - La gifle en direct

Au début de la scène, on a cru à une blague prévue dans le scénario...  Après avoir balancé une vanne sur Jada Pinkett-Smith - l’épouse de Will Smith, Chris Rock voit arriver vers lui l’acteur qui le gifle… L’image fait le tour du monde et provoque un débat autour du geste jugé par certains et certaines comme un reflet de masculinité toxique. Couronné de l’Oscar du meilleur acteur pour La méthode Williams, Will Smith est banni par l’Académie pour une durée de dix ans. Son image vole en éclats sous l’effet du bad buzz, et sa carrière marque le pas. La sortie récente d’Emancipation sur Apple TV devrait servir de test à une éventuel retour en grâce.

19 avril - Le procès le plus suivi

Ce jour-là, à Fairfax (Virginie), Johnny Depp témoigne dans le procès qui l’oppose à Amber Heard. L’acteur a déposé plainte pour diffamation après les déclarations de son ex-épouse qui l’accuse de violences conjugales… Entre déballage public et exhibitionnisme people, le monde se prend de passion pour cette dispute de couple à travers laquelle on peut lire certaines dissensions qui traversent notre société sur la question des violences faites aux femmes. Après six semaines d’audience, le verdict tombe: Amber Heard est reconnue coupable de diffamation et condamnée à lui verser 15 millions de dollars. Après avoir songé faire appel, Amber Heard a récemment conclu un accord financier pour mettre fin à la saga judiciaire.

Depp

© BelgaImage

23 avril - Arno prend le large

Atteint d’un cancer du pancréas, le chanteur sent que sa fin est proche... Il en profite donc pour dire au revoir au public et donne quelques concerts à l’Ancienne Belgique où il apparaît très fragilisé. Après avoir été reçu au Palais royal par le roi Philippe et avoir insisté sur la parution d’un nouvel album, Arno donne son dernier concert à Ostende le 11 mars. Et puis, tout s’arrête... Son décès est annoncé le 23 avril et plonge la Belgique dans la tristesse. Le 14 mai, ses cendres sont dispersées dans la mer du Nord. Ce fameux nouveau disque, Opex, sort en septembre et contient une reprise de La Paloma adieu en duo avec Mireille Mathieu dont Arno avait longtemps rêvé et souvent évoqué.

Arno

© PhotoNews

12 août - Un auteur attaqué

Visé par une fatwa promulguée par l’ayatollah Khomeiny en 1989 après la parution de son roman Les versets sataniques, Salman Rushdie a été poignardé.  Invité à la Chautauqua Institution, centre culturel situé dans l’État de New York, l’auteur est sur scène lorsqu’un homme lui porte plusieurs coups de couteau au niveau du cou. Immédiatement pris en charge sur le lieu de l’attaque, Rushdie survit… Arrêté le jour des faits, son agresseur, Hadi Matar (24 ans) aurait la ferme intention de plaider non coupable. Dans une interview publiée dans El Pais au mois d’octobre, Andrew Wylie, agent de Salman Rushdie, précise qu’il a perdu la vue sur un œil et l’usage d’une main. Son nouveau roman, Victory City, paraîtra en février aux États-Unis. La traduction française est, elle, programmée pour la rentrée de septembre.

© Isopix

17 août - Les pierres de la sécheresse

Les effets en cascades du réchauffement climatique offrent des images étonnantes et désolantes. La sécheresse, qui provoque une baisse du niveau des eaux, met à jour, ici et là en Europe, des vestiges ensevelis depuis des siècles. C’est le cas à Worms en Allemagne où le niveau du Rhin dévoile des pierres et des inscriptions datant du Moyen Âge. L’Institut royal météorologique a homologué 2022 comme deuxième année la plus chaude depuis le début des relevés en 1833. Le jour le plus chaud de l’année chez nous? Le 19 juillet avec 38°.

pierres de la sécheresse

© BelgaImage

16 septembre - Mort d’une femme

La mort de Mahsa Amini, étudiante de 22 ans arrêtée par la police des mœurs à Téhéran pour “port de vêtements inappropriés”, inspire des gestes politiques symboliques (les femmes se coupent des mèches de cheveux), mais aussi des manifestations qui font vaciller le régime islamiste. Incarnant la colère des Iraniens, femmes, étudiants, artistes prennent la rue et défient le pouvoir.  Le 4 décembre, les autorités annoncent la dissolution de la police des mœurs - ce qui n’empêche pas les arrestations arbitraires comme celle (le 17 décembre) de l’actrice Taraneh Alidoosti.

manifestations en iran

© Isopix

19 septembre - L’adieu à la reine

Annoncé le 8 septembre, le décès d’Elizabeth II amorce une longue séquence qui, dix jours durant, monopolise l’espace médiatique. On filme chaque étape du rapatriement de la dépouille de la souveraine depuis le château de Balmoral où, à 96 ans, elle a rendu son dernier souffle. On filme les kilomètres de queue formée par celles et ceux qui veulent se recueillir devant le cercueil exposé au palais de Westminster. On diffuse des heures d’archives rappelant les 70 ans de règne (un record) de cette icône des monarchies européennes. On filme et on diffuse les longues heures de la cérémonie des funérailles qui, le lundi 19, conclut un adieu à la reine, suivant un scénario imaginé (au centimètre près) depuis les années 1960  et classé sous le nom de code “Opération London Bridge”. La cérémonie de couronnement du successeur d’Élisabeth II - Charles III - est programmée pour le samedi 6 mai.

reine Elizabeth II

© BelgaImage

14 octobre - Van Gogh éclaboussé

Leur but est d’attirer l’attention des médias et de provoquer le débat avec les citoyens… Mais l’action de ces militants de l’organisation Just Stop Oil qui interviennent à la National Gallery de Londres et barbouillent de soupe à la tomate Les tournesols, chef-d’œuvre de Van Gogh, ne fait pas l’unanimité. Jugé contre-productif, leur mode opératoire pose question, mais il est répété dans plusieurs autres musées, visant tour à tour La jeune fille à la perle de Vermeer ou Les meules de Monet et poussant la direction des grandes institutions à prendre des mesures de sécurité.

À lire aussi : Van Gogh, Monet et maintenant Charles III : pourquoi les militants écologistes s'en prennent-ils aux œuvres d'art?

Van Gogh

© BelgaImage

28 novembre - Homme arc-en-ciel sur pelouse

Alors que la controverse s’installe autour du brassard One Love, hommage à la communauté LGBTQIA stigmatisée par la loi au Qatar, les Allemands se présentent sur le terrain, le 23 novembre, la main sur la bouche. Thomas Müller et ses coéquipiers expriment leur désaccord face au règlement de la Fifa qui interdit le port de signes politiques. Puisque le brassard en question en est un, selon les plus hautes instances du football. Mais c’est un inconnu qui livre l’image la plus forte (et la plus disruptive) de cette protestation. Le 28 novembre, lors du match opposant le Portugal à l’Uruguay au stade de Lusail de Doha, Mario Ferri déboule sur la pelouse, arborant un tee-shirt à messages (“Save Ukraine” de face, “Respect for iranian woman” de dos) et agitant un drapeau arc-en-ciel, symbole de paix et de lutte LGBT.  Appréhendé et relâché, ce téméraire fan de foot italien n’en est pas à son premier happening politique et relate ses hauts faits d’activiste sur son compte Instagram.

homme arc en ciel sur la pelouse de la coupe du monde

© BelgaImage

10 décembre - Liquide et corruption

L’enquête ouverte par le parquet fédéral belge pour des faits présumés de corruption au sein du Parlement européen par le Qatar ordonne des perquisitions aux bureaux d’une assistante de Maria Arena et pointe le rôle de Marc Tarabella. Elle braque la lumière sur Eva Kaili, vice-présidente du Parlement européen incarcérée dans le cadre de l’enquête. Généralement réservée au butin trouvé chez les trafiquants de drogues, la photo de la police fédérale montrant des coupures saisies au domicile de l’eurodéputée agit comme un révélateur de la colère des citoyens de plus en plus sévères vis-à-vis des institutions politiques. À ce jour, 1,5 million d’euros ont été découverts aux différents domiciles perquisitionnés.

À lire aussi : Qatargate : 10 choses à savoir sur Michel Claise, le juge belge qui défie le Parlement européen

qatargate

© DR

18 décembre - Le Messi du foot

Au terme d’un match instantanément entré au panthéon du football, l’Argentine bat la France. Jouée aux tirs au but, cette finale de Coupe du monde aura mis en exergue l’antipathie que les Bleus inspirent aux Belges. Mais sans confrontation directe, cette fois, les Diables ayant quitté la compétition au stade des poules. Elle aura surtout, enfin, consacré Lionel Messi, héros dans son pays et modèle de la planète foot. Messi qui, au lendemain de la victoire, aurait marquer son accord pour une saison supplémentaire au PSG où il retrouvera un certain Kylian Mbappé

Messi

© BelgaImage

21 décembre - Zelensky aux États-Unis

Après dix mois de conflit et de résistance aux forces armées russes, le président ukrainien - chef de guerre - quitte pour la première fois son pays. Il fait le voyage jusqu’aux Etats-Unis où il est accueilli par Joe Biden qui lui réitère son soutien et son aide, promettant une enveloppe de 45 milliards de dollars. Le discours de Volodymyr Zelensky au Congrés rappelle à l’Amérique que son “argent n’est pas de la charité, c’est un investissement dans la sécurité mondiale et la démocratie”.  Profitant d’une très bonne image, applaudi par l’assemblée, le président - toujours en tenue de combat - a offert un drapeau ukrainien à Kamala Harris, vice-présidente, et à Nancy Pelosi, présidente de la chambre des représentants. Drapeau qu’elles se sont empressées de déployer dans l’hémicycle.

zelensky aux Etats-Unis

© BelgaImage

Sur le même sujet
Plus d'actualité