Afghanistan: l'Unesco indignée par le bannissement des femmes à l'université

Les talibans afghans ont déclaré les femmes interdites d'aller à l'université, suscitant une indignation internationale.

Étudiante en Afghanistan
Une étudiante dans une université de la province de Kandahar (Afghanistan), le 21 décembre 2022 ©BelgaImage

L'Unesco a «fermement» condamné jeudi la décision du régime des talibans d'interdire aux Afghanes l'accès aux universités et a appelé «à sa révocation immédiate».

«L'avenir de toutes les femmes afghanes en péril»

«L'Unesco condamne fermement la décision des talibans d'interdire aux femmes l'accès aux universités, qui intervient quinze mois après avoir exclu les filles de l'école secondaire», a souligné l'organisation pour l'éducation, dénonçant «une profonde violation de la dignité humaine et du droit fondamental à l'éducation». Cette décision «aura des conséquences irréversibles et graves pour le développement social, culturel et économique de l'Afghanistan» et «isole davantage le pays, à un moment où plus de 90 % de la population vit dans la pauvreté», prévient l'Unesco.

À lire: Afghanistan : retour en 7 dates sur la répression des femmes depuis le retour des talibans

La directrice générale de l'organisation onusienne Audrey Azoulay avait déjà réagit mercredi sur le réseau social Twitter dénonçant «une terrible répression» mettant «en péril l'avenir de toutes les femmes afghanes». «Grâce à leur courage et à notre mobilisation collective, la présence des femmes dans l'enseignement supérieur afghan a été multipliée par près de 20 entre 2001 & 2018», a souligné Audrey Azoulay. «Les filles et les femmes d'Afghanistan ont de grandes aspirations pour leur peuple et leur pays et elles revendiquent courageusement leur droit à l'éducation», a ajouté l'organisation dans son communiqué.

Les talibans se justifient en affirmant que les femmes ne «respectaient pas le code vestimentaire»

Mardi, les autorités talibanes avaient annoncé que les universités afghanes étaient désormais interdites aux filles, dans une lettre adressée à toutes les universités gouvernementales et privées du pays, suscitant un tollé international. En application de cette décision, des centaines de jeunes femmes ont été empêchées mercredi par des gardes armés d'entrer dans les campus universitaires en Afghanistan.

Les universités d'Afghanistan ont été interdites aux femmes car ces dernières ne «respectaient pas le code vestimentaire», a justifié jeudi le ministre de l'Enseignement supérieur taliban lors d'une interview à la télévision d'état. «Ces étudiantes qui se rendaient à l'université (...) ne respectaient pas les instructions sur le hijab (foulard couvrant la tête et le cou). Le hijab est obligatoire dans l'islam», a déclaré Neda Mohammad Nadeem. Selon le ministre, les filles qui étudiaient dans une province éloignée de leur domicile «ne voyageaient pas non plus avec un 'mahram', un accompagnateur masculin adulte». «Notre honneur afghan ne permet pas qu'une jeune femme musulmane d'une province se retrouve dans une province éloignée sans que son père, son frère ou son mari ne l'accompagne», a-t-il déclaré.

Sur le même sujet
Plus d'actualité