Huées interminables contre Elon Musk lors d'un spectacle de Dave Chapelle (vidéo)

Visiblement désemparé, Elon Musk s'est retrouvé face à une foule hostile à son égard, et ce pendant de très longues minutes.

Elon Musk à New York
Elon Musk le 2 mai 2022 au Metropolitan Museum de New York ©BelgaImage

«Mesdames et messieurs, faites du bruit pour l'homme le plus riche du monde». Cet appel de Dave Chapelle, qui accueillait Elon Musk sur la scène de son spectacle, a bien été entendu, mais le public a préféré huer l'invité du jour. Cette scène, filmée le dimanche 11 décembre à San Francisco, montre l'homme d'affaires conspué pendant un long moment. Un immense malaise qui fait aujourd'hui beaucoup parler dans la presse anglo-saxonne, tant le patron de Tesla semble désemparé face cette masse hostile.

«Dave, que dois-je dire?»

Comme le précise le Guardian, il a suffit de quelques petites secondes pour que les applaudissements cèdent définitivement la place aux huées. Le nouveau directeur de Twitter tente de garder la face en levant les bras en l'air, à la manière d'un champion saluant ses fans, mais cela ne fait que renforcer le mécontentement de la salle et de ses 18.000 personnes. Des cris de plus en plus forts, sans que cela ne s'arrête.

Selon le quotidien britannique, Elon Musk a dû faire face à cette antipathie pendant près de 10 minutes. Dave Chapelle tente pourtant de faire baisser la pression avec quelques blagues. «Vous ne vous attendiez pas à ça, n'est-ce pas?», dit-il à son invité. Il ajoute ensuite: «On dirait que certains des employés que tu as virés sont dans la salle», en référence à la vague de licenciements voulue par l'homme d'affaires chez Twitter.

Pendant ce temps-là, ce dernier brille par son mutisme. «Dave, que dois-je dire?», demande-t-il d'ailleurs à son hôte. Face à son désarroi, Dave Chapelle tente de l'aider mais contribue en réalité à l'enfoncer. L'humoriste lui fait par exemple répéter «Je suis riche, bitch», ce qui provoque d'autres sifflets.

Un républicain au pays des démocrates

Il faut dire qu'Elon Musk, qui revendique son soutien aux conservateurs républicains, ne s'aventurait pas en terrain conquis. San Francisco est une des villes les plus progressistes de Californie, cet État figurant également parmi les plus à gauche des États-Unis. Les années qu'Elon Musk a passées dans la Silicon Valley toute proche n'ont visiblement pas suffi à lui donner une bonne image.

Désormais habitué à répandre de fausses informations, le patron de Twitter a repris ses bonnes vieilles habitudes après être sorti du spectacle. Le lundi matin, il assurait dans un tweet qu'il y avait eu «90% d'acclamations et 10% de huées». Ce n'est pas l'avis d'un écrivain cité par le Guardian et présent sur place. Selon lui, c'était plutôt 80% de huées.

Sur le même sujet
Plus d'actualité