« Arche de Noé » : voici le plan B de Poutine en cas de défaite en Ukraine

Selon plusieurs sources, le Kremlin aurait élaboré un plan B baptisé "L'Arche de Noé". Poutine pourrait envisager l'exil en cas de défaite en Ukraine.

Arche de Noé : Poutine pourrait prendre la fuite en cas de défaite en Ukraine
Vladimir Poutine © Belga image

Alors que les combats s’enlisent en Ukraine, Poutine envisagerait un exil si la situation devait mal tourner. C’est en tout cas ce qu’affirme Abbas Gallyamov, son ancien conseiller et rédacteur de discours, exilé en Israël depuis 2018.

Ce plan B, nommé officieusement « L’Arche de Noé », implique la fuite des hauts dirigeants russes, y compris Poutine, vers un autre pays en cas de défaite en Ukraine. Selon le Nieuwsblad, cette information a été confirmée par deux sources proches du Kremlin.

« Comme son nom l'indique, il s'agit de trouver de nouvelles terres où vous pouvez aller au cas où cela deviendrait complètement inconfortable dans votre patrie », explique Gallyamov sur Telegram. « L'entourage du dirigeant n'exclut pas qu'il perde la guerre, perde le pouvoir et qu'il doive évacuer d'urgence quelque part ».

A lire aussi : "Il ne faut pas écarter le scénario d’avoir un dirigeant encore pire que Poutine à la tête de la Russie"

Venezuela

Si la Chine était au départ envisagée pour une évacuation d’urgence, l’Argentine et le Venezuela seraient aujourd’hui les meilleures options pour Poutine, selon Gallyamov. En effet, la première condition pour que le plan soit un succès est que le pays hôte accueille l’élite russe à bras ouverts. Or, la Chine veut éviter de prendre parti dans le conflit : « En plus, ils détestent les perdants », ajoute l'ancien conseiller de Poutine.

Ainsi, pour préparer sa fuite, le Kremlin s’empresserait d’acheter de nombreuses propriétés au Venezuela et effectuerait toutes les formalités pour que les hauts fonctionnaires  puissent s’y installer. D’autres dirigeants pourraient aussi choisir de s’expatrier au Venezuela, en Argentine, ou en Equateur, mais le Venezuela reste la priorité, en particulier Isla Margarita. Un vol vers cette île a d’ailleurs été lancé par la compagnie russe Nordwind Airlines en octobre dernier.

La popularité de Poutine étant au plus bas, de nouveaux revers dans la guerre en Ukraine pourrait l’amener à mettre son plan B à exécution.

Sur le même sujet
Plus d'actualité