Unesco: de la baguette à l'harissa, voici les nouveaux du patrimoine immatériel de l'humanité

La nouvelle session de l'Unesco a vu près d'une quarantaine de nouveaux inscrits au patrimoine immatériel de l'humanité. Petit tour d'horizon.

Baguettes à Paris
Baguettes dans une boulangerie parisienne, le 30 novembre 2022 ©BelgaImage

Vous aimez la baguette tradition, la ficelle ou la plus épaisse flûte parisienne? Alors réjouissez-vous, parce que vous dégustez désormais un élément du patrimoine immatériel de l'humanité! C'est ce que vient de décider l'Unesco lors de sa session annuelle à Rabat, au Maroc. Mais le pain français n'est pas le seul élément qui a rejoint la précieuse liste internationale. Au total, ils sont 39 à avoir eu le même honneur, sans compter quatre autres classés comme «patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente». De quoi faire un petit tour du monde de ces nouveaux joyaux culturels.

Connaissez-vous la fête des ours dans les Pyrénées?

En Europe, si la culture belge n'a pas de nouveaux représentants dans la liste, la France en a deux. Outre la baguette, on y trouve désormais aussi les «fêtes de l'ours» dans les Pyrénées. Célébrées aussi en Andorre, il s'agit de célébrations où de jeunes hommes se déguisent en ours avant de courir dans les rues pour tenter d'attraper des participants. Toujours dans le voisinage de la Belgique, cette fois-ci du côté allemand, on trouve la «pratique de la danse moderne», particulièrement vive là-bas. On y trouve aussi le radelage, cette tradition héritée du Moyen-Âge, également présente dans d'autres pays européens, où des radeaux sont utilisés pour transporter des charges et des personnes sur les cours d'eau. Ils servent toujours aujourd'hui à naviguer sur des rivières.

Le continent européen recèle également d'autres nouveaux trésors. Il y a la culture apicole slovène, l'art de la blouse traditionnelle avec broderie roumaine et moldave, l'eau-de-vie de prunes serbe, la sonnerie manuelle de cloches espagnole, les ensembles à cordes hongrois, ou encore plusieurs fêtes croates et grecques. L'Unesco a également primé un bien commun à de nombreux pays d'Europe centrale: l'élevage des chevaux Lipizzan, originaires de Slovénie.

À lire: L’Unesco classe 20 nouvelles réserves de biosphère dans 21 pays

De l'Algérie à l'Iran: le monde musulman grand gagnant du millésime 2022

Ailleurs dans le monde, les pays musulmans sont particulièrement gâtés. La Tunisie a par exemple vu son harissa inscrit dans la liste de l'Unesco, avec toutes les pratiques culinaires et sociales liées. Le raï, chant populaire algériens, bénéficie du même traitement de faveur. Suivent la broderie al talli aux Émirats arabes unis, le costume traditionnel omanais Al-Khanjar, le banquet jordanien Al-Mansaf, le spectacle kazakh ortéké, la culture du thé (çay) turc et azéri, le café Khawlani en Arabie saoudite, puis en Iran un instrument dénommé oud ainsi que la fête du soleil Yaldā/Chella. Il y a aussi plusieurs éléments patrimoniaux communs à ces pays de tradition islamique: la culture du palmier dattier, les récits du philosophie mythique Nasreddin, ou encore le système phonique d'appel des troupeaux de dromadaires connu sous le nom d'Alheda’a.

Restent quelques nouvelles inscriptions dans la liste qui concernent d'autres pays. En Corée, il y a la danse théâtrale masquée talchum (au Sud) et le plat traditionnel raengmyon (au Nord). L'Unesco reconnaît désormais aussi la danse kalela zambienne, la Semaine sainte guatémaltèque, l'art martial kun lbokator du Cambodge, le rhum léger cubain, les danses traditionnelles japonaises Furuy-odori, et la transformation du thé en Chine.

La Belgique saluée pour avoir participé à préserver... le Tocatì!

La session de Rabat a aussi été l'occasion pour l'Unesco de classer des patrimoines «nécessitant une sauvegarde urgente». On y trouve le vêtement traditionnel albanais xhubleta, et le travail de la pierre d'Ahlat en Turquie. Dans des pays plus lointains, il y a également deux arts de la poterie: celui du peuple Chăm au Vietnam, et celui de Quinchamalí et Santa Cruz de Cuca au Chili.

Enfin, la Belgique est quand même arrivée à se faire remarquer d'une façon. Elle a participé à la sauvegarde du jeu italien Tocatì, ce qui lui a valu d'être récompensé avec d'autres pays. Cette action a été inscrite au Registre de bonnes pratiques de sauvegarde. Cela a aussi été le cas du programme éducatif Al-Sadu au Koweït, du programme de sauvegarde de l'artisanat traditionnel en Tchéquie, et d'un projet culturel luso-espagnol.

Sur le même sujet
Plus d'actualité