Elon Musk annonce le rétablissement des comptes suspendus sur Twitter

Après le rétablissement du compte de Trump, Elon Musk a récidivé pour faire de même avec tous les autres comptes suspendus de Twitter, sauf exceptions.

Musk et Twitter
Illustration montrant Elon Musk et le logo de Twitter ©BelgaImage

Le nouveau patron de Twitter Elon Musk a annoncé jeudi qu’il allait rétablir dès la semaine prochaine les comptes suspendus sur la plateforme s’ils n’ont pas enfreint la loi, revenant ainsi sur des propos rassurants lors de sa prise de contrôle.

À rebours de la stratégie de modération de Twitter

À la question, publiée mercredi en forme de sondage sur son compte, de savoir si Twitter devrait proposer une "amnistie générale aux comptes suspendus à condition qu’ils n’aient pas enfreint la loi ou envoyé des spams de façon scandaleuse", 72,4% des quelque 3,16 millions de personnes ont dit "oui". "Le peuple a parlé, l’amnistie débute la semaine prochaine", a tweeté M. Musk jeudi, jour férié aux États-Unis pour la fête de Thanksgiving, accompagnant sa publication du message "Vox Populi, Vox Dei" ("La voix du peuple est la voix de Dieu").

C’est avec cette même expression qu’il avait, samedi, réhabilité le compte de l’ancien président américain Donald Trump, banni du réseau social après l’assaut du Capitole à Washington en janvier 2021. Le dirigeant de Tesla et SpaceX avait pris cette décision à la suite d’une consultation similaire sur le réseau à l’oiseau bleu, une méthode à la représentativité incertaine. Une courte majorité (51,8%) des 15 millions de votants s’était exprimée en faveur d’un retour du milliardaire républicain, qui n’a pas tweeté depuis le rétablissement de son compte.

À lire: Donald Trump est de retour sur Twitter

Elon Musk a expliqué à maintes reprises avoir racheté Twitter parce qu’il considère la plateforme comme la "place publique numérique" essentielle à la démocratie dans le monde. L’homme le plus riche au monde juge la modération des contenus trop restrictive, mais sa vision absolutiste de la liberté d’expression fait craindre un déferlement d’abus (désinformation, discours de haine) sur le réseau social. Avant le rachat du réseau social, il avait pourtant promis de former rapidement un "conseil de modération avec des points de vue très divers" pour juger de ce type de sujet. "Aucune décision majeure concernant les contenus ou le rétablissement de comptes ne sera prise avant la réunion de ce conseil", avait-il tweeté. Finalement, il a préféré revenir sur cet engagement et recourir à des sondages en ligne. De nombreuses marques ont déjà suspendu leurs dépenses publicitaires sur Twitter, qui en dépend à 90% pour ses revenus.

À lire: La chute de la Big Tech en cinq chiffres

Sur le même sujet
Plus d'actualité