Comment les Ukrainiens vivent sans eau, électricité, chauffage, etc. ?

Si certains Ukrainiens ont la chance d'avoir des équipements efficaces pour palier aux pannes électriques, les autres s'en remettent au système D.

Kiev sans électricité
Un commerce de Kiev pendant une coupure d’électricité, le 10 novembre 2022 ©BelgaImage

En Ukraine, un hiver difficile s’annonce. Les missiles russes ont fait des civils et des infrastructures énergétiques leurs cibles principales, qu’importe que la ligne de front soit bien loin des villes touchées. Les conséquences sont énormes. Ce jeudi 24 novembre, 70% de Kiev était sans électricité, a fait savoir sur Telegram le maire Vitali Klitschko, alors que les températures avoisinent les 0°C. Une proportion tombée à 50% ce vendredi. Le président Zelensky ajoute que l’approvisionnement en eau affecte une quinzaine de régions du pays et que "la situation avec l’électricité reste difficile dans presque toutes les régions", tout en restant optimiste sur les efforts entrepris pour remettre le courant. En attendant, les Ukrainiens sont contraints de trouver des solutions alternatives pour continuer à vivre.

Les plus chanceux quand même inquiets

Sur les sites d’informations ukrainiens, la question de l’énergie représente l’un des plus grands sujets de discussion. La média Freedom donne l’exemple de plusieurs habitants qui rivalisent d’astuces en tous genres. Il y a d’abord ceux qui ont la chance d’avoir de bons équipements, généralement quand ils résident à la campagne ou dans une grande maison. Ils ont des groupes électrogènes (dont certains activables à distance via un smartphone), des poêles à bois, des cheminées, etc.

À lire aussi : Missile tombé en Pologne : " Zelensky est sympathique mais il a raté l’occasion de se taire "

Pour eux, la grande inconnue, c’est de savoir combien de temps ils vont devoir palier à l’absence d’apport énergétique. Tenir un ou deux mois avec ce qu’ils ont passe encore, mais l’affaire se corsera lorsqu’ils n’auront plus de ressources propres (bois de chauffage, diesel, etc.).

La débrouille dans les barres d’immeubles

D’autres sont déjà confrontés à cette étape où il n’y a plus du tout d’eau, de chauffage et d’électricité, surtout dans les HLM. Ici, c’est le système D. Le média Fakty explique par exemple comment l’eau est stockée autant que possible dans de grands contenants et est utilisée avec parcimonie. Faire bouillir une grande quantité d’eau dans une casserole? Autant faire une croix dessus. Préférez plutôt un plat préparé à la poêle. Pour la vaisselle, c’est dans un évier rempli une seule fois. Pas question d’utiliser de l’eau pour chaque assiette prise séparément. Bref, le mot d’ordre, c’est l’économie.

Il faut aussi se montrer inventif pour remplacer des appareils qui ne fonctionnent plus. Les lampes torches et frontales font ainsi leur grand retour, quitte à décrocher celle du vélo. Les lampes solaires et à huile sont également prisées. Même les guirlandes à piles sont devenues utiles!

Les bougies sont évidemment de la partie, mais elles servent aussi à chauffer un plat ou du café. Le temps de cuisson est plus long, mais ça marche. D’autres aménagent un petit feu avec les moyens du bord sur leurs terrasses (par exemple en mettant le combustible dans une casserole et en mettant la grille du four par-dessus). Quant au frigo et au congélateur, autant dire qu’il vaut mieux en faire une simple armoire contenant des aliments secs, des céréales, des sauces et des fruits. Reste qu’il ne faut pas être tenté de se nourrir qu’avec des chips! Lorsqu’il faut vraiment conserver la chaîne du froid, des sacs isothermes peuvent dépanner, en espérant que le blackout ne soit pas trop long.

Puis pour ce qui est de la douche, quand elle est hors d’usage, des lingettes pour le corps peuvent faire l’affaire, à condition d’en acheter à l’avance. Les hommes s’abstiendront pour leur part de se raser systématiquement tous les jours.

Ukrainiens cherchent désespérément de l’électricité

Lorsque, enfin, l’électricité revient, c’est la course pour recharger tous les appareils possibles (smartphones, batteries portables, etc.) avant qu’une nouvelle coupure n’arrive. Certains achètent même plusieurs téléphones, question d’en avoir au moins toujours un opérationnel. Mais parfois, la panne dure trop longtemps. Les Ukrainiens migrent alors vers les zones qui disposent d’un groupe électrogène et d’un réseau wifi. Il peut aussi s’avérer difficile d’utiliser sa carte de banque et il vaut mieux avoir du liquide sur soi.

Lorsque les pannes prolongées concernent les lieux de travail, la situation peut devenir très compliquée. Comment faire fonctionner un restaurant ou un salon de coiffure sans les appareils nécessaires? Et que dire des hôpitaux? Si des panneaux solaires peuvent prendre le relai, encore faut-il qu’ils tournent suffisamment. Or c’est l’hiver et par définition, leur potentiel est moindre.

Réparer et aider

Face à cette situation, les autorités tentent de rétablir le courant le plus vite possible. Mercredi, trois centrales nucléaires ukrainiennes (Pivdennoukraïnsk, Khmelnytsky et Rivne) ont été reconnectées au réseau, ce qui a permis de palier à une partie du manque énergétique. À Kiev, "au cours de la journée, les compagnies d’énergie prévoient de raccorder l’électricité pour tous les consommateurs en alternance, pendant trois heures", fait savoir le maire sur Telegram ce vendredi. "Un tiers des logements de Kiev ont déjà du chauffage, les spécialistes continuent de le rétablir dans la capitale", ajoute-t-il. En province, des régions comme celles de Kirovohrad, Soumy et Vinnytsia ont retrouvé l’électricité ce jeudi. Cela a permis par exemple d’évacuer 3.000 mineurs bloqués sous terre dans le centre du pays, faute de courant.

La Croix-Rouge aménage également des abris chauffés, tout en proposant du thé, du café et des collations. À Kiev, des pompes distribuent de l’eau pour les habitants qui en manquent et qui y remplissent des bidons entiers.

La semaine prochaine, les pays du G7 se réuniront à Bucarest afin de soutenir l’Ukraine avec une nouvelle aide, afin que Kiev résiste au défi énergétique causé par les bombardements russes. Certains pays se sont déjà engagés en ce sens, comme la France qui prévoit de donner des générateurs "dans les prochains jours". Ce lundi, un soutien a également été accordé en faveur de la Moldavie, pays voisin qui subit lui aussi des pannes d’électricité massives.

Sur le même sujet
Plus d'actualité