Révélations sur le naufrage de migrants dans la Manche: les associations "consternées"

Les ONG se disent consternées après qu'une enquête a révélé comment des appels de migrants dans la Manche ont été délibérément ignorés par les autorités.

Passeport turc échoué dans la Manche
Passeport turc échoué sur une plage de la Manche, à Gravelines (Nord, France), le 30 octobre 2022 ©BelgaImage

Plusieurs associations d’aide aux migrants ont dit lundi leur "consternation" après les révélations jugées "insupportables" du journal Le Monde sur les conditions du naufrage survenu en novembre 2021 dans la Manche où 27 personnes ont péri.

"On est horrifiés"

"C’est la consternation de voir qu’il y a eu beaucoup d’énergie donnée par les deux côtés, français et britannique, pour démontrer que c’était à l’autre partie de prendre en charge le secours et le sauvetage", a commenté Lydie Arbogast, responsable des questions européennes à la Cimade, association de soutien aux migrants et réfugiés. Celle-ci dénonce "la militarisation de cette frontière" alors que France et Royaume-Uni ont scellé lundi un nouvel accord contre les traversées de migrants dans la Manche.

À lire: Record de traversées de la Manche par des migrants en 2021

Dans son édition en date de lundi, Le Monde affirme que les passagers d’un "small boat" qui a fait naufrage dans la nuit du 23 au 24 novembre 2021 dans la Manche ont appelé à une quinzaine de reprises les autorités françaises pour leur demander de l’aide. Sans succès. Le journal, qui dit avoir consulté des éléments de l’enquête judiciaire menée à Paris sur ce drame, suggère en outre que les secours français ont attendu que les naufragés dérivent dans les eaux anglaises.

À lire: Crise des migrants: "À Calais, c’est de pire en pire"

"On est horrifiés. Ce que cela décrit, c’est l’absence complète de coordination des opérations de sauvetage en mer et leur banalisation, qui fait que personne n’a pris la mesure du danger pour les personnes", a commenté Delphine Rouilleault, directrice générale de France Terre d’Asile. "On est frappés que l’accord (signé entre Paris et Londres) ne pose pas la question de la coordination des opérations de secours en mer", a-t-elle ajouté. "Le contenu des échanges publiés est insupportable", a jugé l’association Utopia 56, qui aide les personnes exilées. "Les familles des victimes demandent à ce que la France et le Royaume-Uni reconnaissent leurs responsabilités dans ce drame".

À lire: À quoi ressemblent la traite et le trafic d’êtres humains en Belgique?

Sur le même sujet
Plus d'actualité