Augmentation de la précarité : un Européen sur quatre déclare être dans une situation précaire

Par ailleurs, plus de 50% ont le sentiment qu'ils pourraient basculer dans la pauvreté dans les prochaines mois.

Plus de la moitié des Européens estiment qu'ils pourraient tomber dans la précarité
Une personne sur deux dit ressentir une baisse de son pouvoir d’achat © Belga Image

Selon un sondage réalisé dans six pays de l’Union européenne par Ipsos et présenté par le Secours populaire français, un Européen sur quatre déclare être en situation de précarité. L’étude a été réalisée en Allemagne, en Italie, en France, en Grèce, en Pologne et au Royaume-Uni où pas moins de 6.000 personnes ont été interrogées. " Ces personnes dressent un portrait alarmant d’un continent bouleversé par la hausse des factures, entre privations et craintes de tomber dans le gouffre de la précarité ", estime l’association française.

Une personne sur deux dit également ressentir une baisse de son pouvoir d’achat, dans un contexte d’inflation record en Europe. 54% des personnes interrogées estiment en effet que leur pouvoir d’achat s’est réduit au cours des trois dernières années alors que seulement 17% déclarent qu’il a augmenté. " On constate une très forte augmentation de la précarité en Europe […] Il y a une inquiétude croissante chez les Européens : de plus en plus de personnes sont dans l’incapacité de trouver des solutions viables pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles ", a déclaré la secrétaire générale du Secours populaire Henriette Steinberg, à Euractiv.

Perte de pouvoir d’achat

Et l’hiver qui arrive fait craindre une aggravation de la situation pour beaucoup de ménages : " Quand l’hiver sera là, nous savons que beaucoup de familles ne pourront pas payer leurs factures d’énergie ", s’inquiète Greta Barbolini, de l’association italienne ARCI, partenaire du Secours populaire. La cause de la difficulté à couvrir ses dépenses est en grande partie liée à l’augmentation des prix (89%) mais aussi à la hausse des taxes (31%), une baisse de revenus ou des aides sociales, de nouvelles dépenses ou encore un changement dans la situation familiale. L’inflation est donc la cause principale de la baisse du pouvoir d’achat pour de nombreux Européens.

A lire aussi : Pauvreté infantile : près d’un enfant sur cinq concerné

Et face à leur perte de pouvoir d’achat, beaucoup ont été confrontés à des choix compliqués, selon le Secours populaire : " 80 % ont déjà été contraints soit de restreindre leurs déplacements, soit de ne pas chauffer comme il le faudrait, de faire appel à l’aide de proches ou encore de cumuler plusieurs emplois. La situation se dégrade tellement que 53 % des répondants ont été confrontés à au moins l’une de ces situations dans la première moitié de l’année 2022, à un moment où l’inflation était moins forte qu’actuellement ".

La situation serait encore plus alarmante au Royaume-Uni, pays durement touché par l’explosion des prix mais aussi par l’instabilité politique : " Les gens qui viennent dans les banques alimentaires n’ont souvent pas mangé depuis un ou deux jours. Avant, on avait surtout des mères célibataires ou des personnes qui touchaient des aides sociales, on n’avait jamais dû aider les personnes qui travaillaient à temps plein ", constate Imaran Hameed, responsable d’une banque alimentaire à Birmingham.

En Grèce, 88% des sondés déclarent ne pas avoir de marge de manœuvre en cas de coup dur et " ne plus savoir sur quelles dépenses faire des compris car elles ont déjà réduit tout ce qui pouvait l’être ".

55% estiment qu’ils pourraient tomber dans la précarité 

Si tous les pays européens ne sont pas touchés de la même manière par l’inflation, 55% des interrogés ont le sentiment qu’ils pourraient basculer dans la précarité dans les mois à venir. Des chiffres qui dépassent de très loin la part de personnes vivant sous le seuil de pauvreté en Europe. Selon un rapport des Nations Unies sur l’extrême pauvreté et les droits humain, un Européen sur cinq vivrait dans la précarité : " On a des laissés pour compte dans une Europe qui a pas mal progressé dans la grande crise financière de 2008-2009 jusqu’à la crise pandémique. L’engagement qui avait été pris en 2010 de réduire le nombre de personnes en risque de pauvreté de 20 millions pour 2020 est loin d’avoir été tenu ", déplore Olivier Schutter dans une interview accordée à la RTBF en 2021. " La croissance économique et le progrès général n’ont pas bénéficié à tout le monde au point de laisser un cinquième de la population dans la précarité ", a-t-il également expliqué au Secours populaire français.

A lire aussi : Pauvreté: quel est le revenu minimum pour vivre " dignement " en Belgique?

Certaines catégories de la population sont évidemment plus touchées que d’autres : " Nous sommes inquiets pour les jeunes, les retraités et les travailleurs pauvres car la baisse des prix n’est pas en vue ", a déclaré Sergo Kuruliszwili, membre de l’association polonaise PKPS. Tous les pays ne sont cependant pas touchés de la même façon. En Allemagne et en Pologne, ce sont les personnes âgées qui sont les plus touchées par la pauvreté et la précarité. Tandis qu’en Italie et en Grèce, ce sont les jeunes.

 

Les provinces les plus touchées par les risques de pauvreté © STATBEL

Sur le même sujet
Plus d'actualité