Une partie d’une fusée chinoise hors de contrôle s’est écrasée sur Terre

Les débris d'une fusée chinoise ont atterri de manière incontrôlée dans l'océan Pacifique, près du Mexique.

une fusée chinoise avant de s'écraser sur Terre
© BelgaImage

Des débris d’une fusée chinoise, qui avait lancé lundi le dernier module de la station spatiale chinoise en construction Tiangong, sont rentrés dans l’atmosphère terrestre vendredi. La plus grande partie a été détruite lors de l’entrée dans l’atmosphère mais des morceaux ont atterri, de manière incontrôlée, dans l’océan Pacifique, à plusieurs centaines de kilomètres au sud du Mexique, rapportent les autorités spatiales chinoises.

Les États-Unis avaient précédemment indiqué que les débris étaient rentrés dans l’atmosphère à environ 100 kilomètres au-dessus de la partie sud de l’océan Pacifique. Ils n’avaient toutefois pas précisé où ils avaient atterri. Avant de s’écraser, les débris ont survolé l’Europe du Sud et une partie de l’espace aérien espagnol a dû être fermée temporairement.

À lire aussi : Les Belges sont aussi dans l’espace: voici comment notre pays tente de faire bouger les lignes

Que s’est-il passé ?

Lorsqu’un satellite ou un véhicule spatial arrive en orbite autour de la Terre, les pièces qui l’ont fait décoller ne sont plus nécessaires. Dans certains cas, elles reçoivent une poussée afin qu’elles tombent à nouveau sous le coup de la gravité. Elles plongent alors dans l’océan Pacifique entre le Chili et la Nouvelle-Zélande, soit l’endroit le plus éloigné de toute terre (à quelque 2.700 kilomètres). Dans d’autres cas, les fragments sont au contraire poussés vers le haut et restent en orbite autour de la Terre. Des milliers de débris spatiaux tournent ainsi autour de la planète bleue.

Dans ce cas-ci, l’entrée dans l’atmosphère s’est déroulée de manière incontrôlée. La Chine ne pouvait dès lors garantir que les débris n’allaient pas s’écraser dans une zone habitée.

Sur le même sujet
Plus d'actualité