Incident raciste à l’Assemblée nationale française: la séance a été suspendue

Une interpellation à caractère raciste a suscité un tel émoi que la présidente de l'Assemblée nationale a dû clore la séance.

Carlos Martens Bilongo à Paris
Le député LFI Carlos Martens Bilongo à l’Assemblée nationale, le 12 juillet 2022 à Paris ©BelgaImage

La présidente de l’Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet a mis fin à la séance de questions au gouvernement jeudi, après une interpellation raciste dans l’hémicycle qui a provoqué l’indignation des députés.

Borne: "Le racisme n’a pas sa place dans notre démocratie"

Lors d’une intervention du député LFI Carlos Martens Bilongo sur le "drame de l’immigration clandestine", un parlementaire non identifié a lancé dans l’hémicycle "qu’ils retournent en Afrique" ou "qu’il retourne en Afrique". Après quelques minutes de confusion, la présidente de l’Assemblée a mis fin à la séance "compte tenu de la gravité des faits" et de "l’émotion légitime" dans l’hémicycle. Des élus de gauche et de la majorité ont attribué l’interpellation au député RN Grégoire de Fournas.

À lire: "Une indignité écœurante" : comment l’extrême droite récupère le meurtre de Lola en France

"Le racisme n’a pas sa place dans notre démocratie", a réagi la Première ministre, Elisabeth Borne, indiquant que "naturellement", le bureau de l’Assemblée nationale "devra prendre des sanctions". "Aujourd’hui l’extrême droite a montré son vrai visage", a commenté la présidente du groupe des insoumis Mathilde Panot. "Nous allons demander la sanction la plus forte, l’expulsion pour plusieurs mois" de l’auteur de la remarque, a-t-elle ajouté.

Sur le même sujet
Plus d'actualité