"Bombe sale" en Ukraine: l’AIEA rend ses premières conclusions

Après s'être rendu sur trois sites, l'AIEA a rendu public ses constatations faites au cours de ces derniers jours.

Grossi à Kiev
Rafael Grossi, directeur général de l’AIEA, rencontrant le président Zelensky à Kiev le 30 août 2022 ©BelgaImage

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a indiqué jeudi n’avoir trouvé "aucun indice d’activité nucléaire non déclarée" à ce stade sur les trois sites inspectés à la demande de Kiev, accusé par Moscou d’avoir effacé les preuves de préparation d’une "bombe sale".

Un accès libre aux sites étudiés

"Notre évaluation technique et scientifique des résultats que nous avons jusqu’à présent n’a montré aucun signe d’activité nucléaire ou de matières non déclarées sur ces trois sites", a déclaré le chef de l’AIEA, Rafael Grossi, dans un communiqué. Il s’agissait de l’Institut de recherche nucléaire de Kiev, d’une usine d’extraction et de traitement à Zhovti Vody et d’une usine de construction de machines à Dnipropetrovsk.

À lire: La Russie accuse l’Ukraine de préparer une "bombe sale" : de quoi s’agit-il?

Les inspecteurs ont pu effectuer leur travail prévu ces derniers jours et ont eu un accès illimité aux lieux, indique-t-il. Ils ont également prélevé des échantillons de la région. Les résultats de l’analyse de ces échantillons seront communiqués dès que possible, a déclaré Grossi. Une bombe sale est constituée de matières radioactives qui sont dispersées avec des explosifs conventionnels. Contrairement à une bombe nucléaire, il n’y a pas de réaction nucléaire en chaîne.

Sur le même sujet
Plus d'actualité