Réchauffement climatique: pourquoi les enfants sont en première ligne

L'ONG Save The Children pointe deux raisons qui font des mineurs les premières victimes du changement climatique.

Enfant péruvien
©Belga

Les enfants, en particulier ceux qui vivent dans la pauvreté dans des zones où le risque climatique s’accroît, sont les plus touchés par le réchauffement climatique, révèle mercredi un rapport de l’ONG Save The Children, auquel ont également collaboré deux scientifiques de la Vrije Universiteit Brussel (VUB). Selon le rapport, 774 millions d’enfants sont actuellement touchés à la fois par la pauvreté et par les phénomènes climatiques extrêmes annuels.

Dans le cadre du rapport " Generation Hope ", les chercheurs ont interrogé 54.500 enfants de 41 pays. L’étude a calculé que sur un total de 1,9 milliard d’enfants en situation de pauvreté, pas moins de 774 millions sont également exposés à un risque climatique accru. La plupart d’entre eux vivent dans des pays avec un faible revenu moyen, dont les trois quarts en Asie et en Afrique subsaharienne. Mais il y a aussi 121 millions d’enfants pauvres dans les pays plus riches qui sont exposés à un risque climatique accru.

Deux raisons pointées 

Le rapport identifie deux dimensions clés de l’inégalité.

  • La première est l’âge. " Il y a environ 2,4 milliards d’enfants vivant sur terre. Ils souffrent davantage sur le plan émotionnel et physique en raison des catastrophes et doivent faire face au durcissement du climat pendant plus longtemps, car ils ont plus de temps à vivre ", explique Wim Thiery, climatologue à la VUB, qui a collaboré au rapport avec Derrick Muheki, hydrologue à la VUB.
  • La deuxième dimension de l’inégalité est le revenu. " Les enfants qui vivent dans des familles ou des quartiers défavorisés sur le plan socio-économique sont moins protégés contre le changement climatique et, en cas de catastrophe, ils sont moins à même de profiter des mesures susceptibles de rétablir la situation" , a déclaré le scientifique.

À lire aussi: Pauvreté infantile : près d’un enfant sur cinq concerné

"Investir dans les enfants"

Le rapport décline ses recommandations en cinq points d’action, qui sont soutenus par les enfants eux-mêmes. Il est très important ici de lier l’inégalité et l’action climatique, a précisé M. Thiery. "Investir dans les enfants et leur droit à un environnement sain, à la nutrition, aux soins de santé et les protéger de toute forme de violence. En outre, il faut assurer une distribution équitable des ressources et de l’aide, là où les problèmes climatiques sont les plus graves", a ajouté le scientifique.

"Dans le même temps, redistribuer le pouvoir et l’argent de manière équitable dans le monde, car ceux qui portent le moins de responsabilité dans cette situation en subissent le plus les conséquences. Enfin, et c’est très important, écoutez ce que les enfants ont à dire sur ces questions. Ils ont des opinions qui comptent et ils apportent des solutions intéressantes."

À lire aussi: Le changement climatique synthétisé en quelques graphiques très parlants

Sur le même sujet
Plus d'actualité