La Jeune fille à la perle visée par des militants écologistes belges : ils seront jugés mercredi à La Haye

Deux militants belges impliqués dans l'action contre "La Jeune Fille à la Perle" seront jugés mercredi.

Les militants seront jugés
La Jeune fille à la perle, tableau de Johannes Vermeer au Mauritshuis ©BelgaImage

Deux des trois militants écologistes belges placés en détention après avoir mené jeudi une action visant le célèbre tableau " La Jeune Fille à la Perle " à La Haye, vont comparaître mercredi devant un juge, ont annoncé lundi les autorités judiciaires néerlandaises. Ils seront jugés dans le cadre d’une procédure accélérée en raison de la nature de leur action.

Le militant s’étant collé à la toile de 1665, Wouter M., déjà connu pour des actions chocs en Belgique, et l’homme filmant la scène sont suspectés de " vandalisme " et " violence publique contre des biens ". L’audience aura lieu mercredi à 15h au tribunal de La Haye, précise le ministère public dans un communiqué.

Le troisième suspect, un homme ayant lancé une substance rouge en direction du tableau, ne bénéficiera pas de la même procédure. Il comparaîtra mardi devant un juge d’instruction.  L’œuvre du maître néerlandais Johannes Vermeer n’a pas été abîmée et a retrouvé sa place d’exposition vendredi après-midi, après un passage en atelier pour évaluer les éventuels dégâts.

A lire aussi : Van Gogh, Monet et maintenant Charles III : pourquoi les militants écologistes s’en prennent-ils aux œuvres d’art?

Cette action est survenue dans la foulée d’autres actes similaires ces dernières semaines. Des militants écologistes ont ainsi jeté de la soupe de tomate sur la plaque de verre protégeant " Les Tournesols " de Van Gogh à la National Gallery de Londres et d’autres ont enduit de purée de pommes de terre la vitre protégeant " Les Meules ", un tableau de Claude Monet, en Allemagne.

Sur le même sujet
Plus d'actualité