Charles III veut empêcher Harry et Andrew d’assurer son intérim

La loi britannique pourrait être modifiée «dans les prochaines semaines» pour écarter Harry et Andrew de la gestion de la monarchie.

Charles III à Aberdeen
Charles III à Aberdeen ©BelgaImage

Charles III s’apprête à modifier la loi britannique pour éviter que les princes Harry et Andrew, en retrait de la famille royale, assurent son intérim quand il est malade ou à l’étranger, ont rapporté des médias locaux jeudi.

"Une étape logique"

Selon une loi de 1937, le monarque peut être remplacé pour certaines tâches, comme la signature de documents officiels lors de ses absences par son époux ou épouse et par les quatre premiers adultes dans l’ordre de succession. Pour Charles, il s’agit de la reine consort Camilla, de ses fils William et Harry, de son frère Andrew et de sa nièce Beatrice. Mais Harry s’est éloigné de la famille royale et s’est installé aux États-Unis après des tensions avec son frère et son père. Le prince Andrew a été lui privé de tout rôle chez les "Royals" après des accusations d’agressions sexuelles. Beatrice, fille aînée, d’Andrew, n’est pas une membre "active" de la famille royale.

Pour éviter qu’un des deux princes déchus ait à assurer l’intérim du roi -notamment quand il est en voyage avec Camilla et que William est également à l’étranger- la liste des personnes pouvant le remplacer devrait être élargie, selon plusieurs médias, pour inclure la princesse Anne et le prince Edward, sœur et frère de Charles III. Cette solution permet de ne pas avoir recours à Harry et Andrew sans les exclure formellement. Selon le Telegraph, une modification de la loi pourrait avoir lieu "dans les prochaines semaines" et constitue "une étape logique" avant les déplacements à l’étranger prévus par Charles et Camilla en 2023.

À lire: Charles III sera officiellement couronné le 3 juin, 70 ans après le couronnement d’Elizabeth

Le palais de Buckingham n’a pas réagi mais le sujet a été abordé lundi à la Chambre des Lords. Lors de l’intérim, les "conseillers d’État" peuvent assurer la plupart des obligations officielles du souverain (signer des documents, recevoir des ambassadeurs, tenir des réunions). Avant le décès d’Elizabeth II en septembre, Charles l’avait remplacée à de nombreuses occasions, notamment lors du très solennel discours du trône au Parlement en mai.

Sur le même sujet
Plus d'actualité