Ukraine: qu’est-ce que la "ligne Wagner" construite par la Russie?

Construite en une dizaine de jours, la ligne Wagner témoigne de la manière dont la Russie compte protéger ses territoires conquis des avancées ukrainiennes.

Ligne Wagner à Hirske
Portion de la ligne Wagner, à l’ouest de Hirske (oblast de Louhansk) ©Capture d’écran Twitter

Dans le Donbass, de petites pyramides de ciment commencent à apparaître dans les champs. En file indienne, elles forment de longues lignes droites. Ça, c’est la "ligne Wagner". Destinée à empêcher les chars ukrainiens de passer, elle aurait été construite par le tristement célèbre groupe Wagner, une société militaire privée russe qui soutient le Kremlin dans des opérations à travers la planète. L’image est impressionnante mais elle révèle également l’état d’esprit des soldats russes sur le front ukrainien, surtout au vu du contexte.

Une ligne pour l’instant réduite à 1,6 km

Ces images satellites montrant cette fameuse "ligne Wagner" ont été rendues publiques par la société Maxar Technologies puis ensuite relayées par CNN. La localisation est connue: il s’agit de quatre rangées longues d’1,6 km à proximité immédiate de la localité de Hirske (Gorskoïe en russe), dans l’oblast de Louhansk. Quelques centaines de mètres sépare cette zone du centre-ville. A priori, cette "fortification" a été constituée entre la fin septembre et le début octobre.

Pour l’instant, aucune information ne permet d’établir que cette construction continuerait ailleurs. On serait donc encore loin d’une "ligne Maginot" version XXIe siècle. Mais il est possible que les soldats russes visent à l’étendre prochainement. CNN relaye par exemple les dires d’un tabloïd russe qui imagine la "ligne Wagner" continuer jusqu’à Kreminna au nord et vers Svitlodarsk au sud. Le but pourrait se résumer de la sorte: il s’agirait de créer une barrière protégeant les territoires séparatistes contrôlés par les pro-russes depuis 2014.

Bientôt une extension pour faire 217 km de long?

Réaliser une telle tâche semble cohérent. L’hiver arrive et chaque camp se prépare à camper sur ses positions jusqu’à l’arrivée des beaux jours. En même temps, d’ici à ce que le froid paralyse tout, la contre-offensive ukrainienne continue, même dans cette zone. Ce week-end, elle a permis de repousser les attaques du groupe Wagner dans la banlieue de Bakhmut, non loin d’Hirske. Un coup dur pour la Russie puisque jusque-là, il semblait possible qu’elle pénètre dans la ville, une des ses rares bonnes nouvelles. Un espoir que Moscou tend à voir s’éloigner, bien que son recul reste limité.

À lire: Ukraine: que se passera-t-il si l’énorme barrage de Kakhovka est détruit?

C’est dans ce cadre que la ligne Wagner peut se révéler utile. Bien que le groupe Wagner affiche sa confiance en assurant qu’elle ne devrait en théorie pas servir, il vaut mieux pour Moscou de prévenir au lieu de guérir. Reste qu’en l’état, la ligne n’est pas assez longue pour arrêter les troupes ukrainiennes. Cela pourrait changer si elle s’étend vers Kreminna et Svitlodarsk mais cela pourrait prendre du temps, surtout que l’armée ukrainienne est parfois très proche (Kreminna est déjà régulièrement attaquée). À Hirske, le front est éloigné d’environ 15 km, ce qui laissait une certaine marge. Selon CNN, la Russie pourrait viser à couvrir un total d’environ 217 km.

Par contre, si jamais cette "ligne Wagner" devait rester en l’état, il n’est pas du tout certain qu’elle serve à grand-chose. Les routes principales de Hirske ne sont pas comprises dans son périmètre et il est encore facile de la contourner pour effectuer une éventuelle reconquête de la ville par les forces de Kiev. Le groupe Wagner est cela dit clairement capable de construire de longues fortifications de ce type. Il l’a déjà fait en 2021, non pas en Ukraine mais en Libye. Ses mercenaires avaient alors construit une ligne de 70 km, ajoute CNN. Petite précision toutefois: c’était dans le désert, pas dans la campagne ukrainienne.

Sur le même sujet
Plus d'actualité