Une " bombe sale " fabriquée par l’Ukraine? Pourquoi cette accusation de Moscou inquiète l’Occident

A quoi joue la Russie en accusant l'Ukraine de fabriquer une "bombe sale"?

A quoi joue la Russie en accusant Kiev de préparer une bombe sale?
Vladimir Poutine © Belga image

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a fait part de " ses préoccupations liées à d’éventuelles provocations de la part de l’Ukraine avec recours à une ‘bombe sale’ " lors d’un entretien téléphonique avec ses homologues américain, français, britannique et turc dimanche. Et ce lundi, la Russie a réaffirmé que l’Ukraine était entrée dans " la phase finale " de la fabrication de sa " bombe sale ".

Mouscou a en effet déclaré soupçonner Kiev de vouloir se servir d’une bombe sale sur son propre territoire afin d’en faire porter la responsabilité à la Russie.  Un argument qui ne tient pas la route selon Olivier Lepick, docteur en Histoire et Politiques Internationales de l’Institut des Hautes Études Internationales de Genève, interrogé par France Info : " L’Ukraine n’a aucun intérêt tactique ou stratégique à utiliser [ces armes] contre des populations ukrainiennes. Elle perdrait ses soutiens et se tirerait une balle dans le pied ".

Si la Russie affirme que l’Ukraine serait en train de préparer quelque chose, cela signifie une seule chose : la Russie a déjà préparé tout cela ", a de son côté déclaré Volodymyr Zelensky.

Les Ukrainiens et les Occidentaux rejettent l’affirmation de Moscou et y voient la menace des préparatifs d’une attaque sous faux drapeau, suspectant la Russie d’être prête à faire exploser elle-même une " bombe sale " pour justifier une escalade militaire, par exemple en employant une arme nucléaire tactique en représailles.

A lire aussi : La Russie accuse l’Ukraine de préparer une  " bombe sale  " : de quoi s’agit-il?

Menace nucléaire?

Les Etats-Unis n’ont " toujours aucune indication " que la Russie ait décidé de faire usage d’armes nucléaires, chimiques ou biologiques, a déclaré lundi un haut responsable militaire américain, au moment où l’Ukraine et ses alliés craignent une escalade de Moscou. " Nous n’avons toujours aucune indication que les Russes aient pris la décision de faire usage d’armes nucléaires" , a déclaré ce haut responsable ayant requis l’anonymat. " Aucune information qui indique qu’ils aient pris la décision d’employer des armes nucléaires, biologiques, chimiques sur le champ de bataille" , a-t-il ajouté au cours d’un point de presse.

A la question de savoir si cela incluait la décision de faire usage d’une " bombe sale ", le haut responsable militaire a répondu " oui " : " Bien sûr, nous continuons à surveiller de près et nous laissons les lignes de communication ouvertes avec nos alliés et partenaires, les Ukrainiens et les Russes" , a-t-il poursuivi.

Moscou ne doit pas utiliser un prétexte pour une " escalade "

L’Otan rejette également " les fausses allégations " de la Russie qui accuse l’Ukraine de préparer le recours à une " bombe sale" , a déclaré le secrétaire général de l’Alliance Jens Stoltenberg, soulignant que Moscou ne devait pas utiliser ce " prétexte " pour une " escalade ".

Les Alliés de l’Otan rejettent cette allégation. La Russie ne doit pas utiliser cela comme un prétexte à une escalade " du conflit en Ukraine, a tweeté Jens Stoltenberg, après s’être entretenu avec le chef du Pentagone Lloyd Austin et le ministre britannique de la Défense Ben Wallace.

Sur le même sujet
Plus d'actualité